Chiffres

24 millions d’enfants privés de vaccins

Si la vaccination infantile contre des maladies évitables est au plus haut niveau cette année, l’accès aux vaccins n’est toujours pas équitable.

24 millions d’enfants privés de vaccins
Au Niger, ce nouveau-né se fait vacciner contre la tuberculose dans une Clinique soutenue par l’Unicef.
De
À

120 vaccins disponibles


Les experts rapportent qu’au moins 120 vaccins – un nombre record - sont maintenant disponibles contre les maladies mortelles. Durant ces dernières années, les scientifiques des académies et des entreprises pharmaceutiques ont développé de nouveaux vaccins pour la méningite à méningocoque, la diarrhée à rotavirus, les infections à pneumocoques et le papillomavirus humain. Nombre d’entre eux travaillent au sein de partenariats public-privé créés avec le soutien de gouvernements et d’organisations philanthropiques.
 De plus, plus de 80 produits sont en phase finale de test, dont plus de 30 ciblant des maladies pour lesquelles aucun vaccin n’existe. Dans le même temps, un nombre significatif de vaccins candidats incluant ceux qui ciblent les maladies telles que le VIH/sida, le paludisme, la tuberculose et la dengue, font également l’objet de recherches.

Inversant une tendance à la baisse, les taux de vaccinations sont aujourd’hui à leur plus haut niveau et le développement des vaccins dans le monde est en plein essor. Ce sont les résultats d’une nouvelle évaluation, « Vaccins et vaccination : la situation dans le monde », publiée aujourd’hui par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’Unicef et la Banque mondiale.

La parution de ces nouvelles preuves de succès dans l’effort mondial de vaccination arrive au moment où beaucoup de nations lancent les campagnes de vaccination contre la grippe A (H1N1), soulignant le rôle sans précédent des vaccins dans la prévention des maladies contagieuses et les défis pour atteindre les communautés les plus vulnérables.

1 milliard de dollars

Le rapport signale ainsi qu’il n’y a jamais eu autant d’enfants vaccinés. Un record : 106 millions d’enfants vaccinés en 2008. Mais les auteurs de cette évaluation appellent les pays donateurs à combler le fossé qui laisse des millions d’enfants en situation de risque. Particulièrement dans les pays et les communautés les plus pauvres où les maladies évitables font le plus de ravages. « Cela nous rappelle une fois de plus les difficultés à offrir les bénéfices de la science aux populations des pays les plus pauvres, déclare le docteur Margaret Chan, directrice générale de l’OMS. Nous devons surmonter l’écart qui sépare les riches et les pauvres – entre ceux qui ont accès aux vaccins et ceux qui ne l’ont pas. »

Les vaccins aujourd’hui courants dans les pays riches, ne sont en effet toujours pas accessibles pour environ 24 millions d’enfants, qui sont les plus exposés. Au moins 1 milliard de dollars supplémentaire par an serait nécessaire pour assurer la distribution des vaccins nouveaux et ceux déjà existants aux enfants des 72 pays les moins avancés.

« Les décès dus à la rougeole dans le monde ont chuté de 74% entre 2000 et 2007, et la vaccination a joué un rôle important dans ce déclin, affirme Ann Veneman, directrice générale de l’Unicef. De tels progrès doivent inciter à de nouveaux efforts pour vacciner les enfants partout dans le monde contre les maladies les plus dangereuses. »
 

Pour lire l'intégralité du rapport Vaccins et vaccination : l'état de la situation dans le monde (en anglais), cliquez ici.

Mots-clés :