Urgence

Côte d’Ivoire, une crise humanitaire occultée

Pour venir en aide aux 400 000 déplacés en Côte d’Ivoire et aux 80 000 réfugiés au Libéria voisin, l'Unicef lance un appel de fonds à hauteur de 36 millions d'euros. Au-delà de la crise politique qui oppose les partisans de Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara en Côte d’Ivoire, les deux pays font bien face à une crise humanitaire, dont on ne parle pas assez… Grant Leaity, responsable des programmes d’urgence de l’Unicef pour l’Afrique de l’ouest et du centre, nous explique la situation.

De
À

L’Unicef France avait apporté au début de la crise un soutien de 100 000 euros pour les programmes d’urgence en Côte d’Ivoire (santé, nutrition) et de 200 000 euros pour les programmes d’assistance à la population ivoirienne réfugiée au Libéria.

Une contribution à laquelle s'est ajoutée ensuite la somme de 400 000 euros, à répartir entre la Côte d'Ivoire et le Libéria, pour financer les programmes de santé et de nutrition.

 

 

 

 

Pour la Côte d’Ivoire, les besoins les plus urgents sont évalués à 22,7 millions d’euros.

À Abidjan, environ 200 000 personnes ont fui leur foyer suite aux terribles combats à l’arme lourde qui ont éclaté dans le district d’Abobo, au nord de la ville. La plupart ont trouvé refuge dans des familles d’accueil, tandis qu’un petit nombre s’est installé dans des camps de fortune. L’Unicef a démarré une intervention humanitaire dans la ville d’Abidjan afin de leur venir en aide.

Les conditions de vie se sont fortement dégradées dans tout le pays. Depuis 2 mois, quelque 800 000 enfants ne vont plus à l’école. Les coupures d’eau et d’électricité pendant une semaine au nord et à l’ouest du pays ont aggravé la vulnérabilité d’une population déjà affaiblie en l’exposant à des risques d’épidémies telles que le choléra déjà présent à Abidjan. Environ 1,8 million de personnes n’ont plus accès à l’eau potable.

D’ici quelques semaines l’arrivée de la saison des pluies pourrait compliquer la situation et notamment ralentir l’acheminement du matériel d’aide d’urgence ainsi que les déplacements.

L’Unicef est également présent à la frontière avec le Libéria pour apporter de l’aide d’urgence aux populations réfugiées. Pour ce pays voisin de la Côte d'Ivoire, l’appel s’élève à près de 13,3 millions d’euros.

Aujourd'hui, on craint que le nombre de réfugiés ne continue d’augmenter dans les semaines à venir. L’impact de cet afflux de réfugiés sur ce pays de 3 millions d’habitants pourrait devenir très lourd. Il existe par ailleurs un risque de déstabilisation de toute la sous-région.

Au jour d'aujourd'hui, les contributions de la communauté internationale ne sont pas à la hauteur des besoins. En effet, pour chaque appel, plus de 80% des besoins restent actuellement sans financements, ce qui compromet la continuité de l’aide à déployer pour les enfants et les femmes dans les semaines à venir.

Mots-clés :