L'univers UNICEF France

Le programme École amie
des droits de l’enfant vise à faire de l’école un lieu plus juste, plus inclusif et plus participatif.

Découvrir
Ville amie logo

En 2021, 264 villes ont intégré le réseau Ville amie des enfants 2020/2026.
Rejoignez le grand réseau
Ville amie des enfants.

Découvrir
My Unicef logo

Trouvez des informations,
des activités ludiques et éducatives, des ressources pédagogiques ou comment créer un projet solidaire.

Découvrir
Photo d'illustration de la boutique solidaire de l'UNICEF France

Agissez en achetant solidaire

Offrez à vos proches des cadeaux qui ont du sens et qui contribuent concrètement à aider des enfants vulnérables.

Découvrir

La participation des enfants et des jeunes en France

participation-jeune-enfant-france-unicef

Unicef_Sensation - 20 novembre 2019 - Eric Bongrand (69)

La Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE) consacre le droit à la participation et à l’expression et incite les pays l’ayant ratifiée à l’appliquer pour construire une société équitable.

Mais que signifie au juste la participation des enfants et des jeunes  et comment la mettre en œuvre ?

L’essentiel sur le droit à la participation et à l’expression  

Le droit à la participation concerne le droit pour chaque enfant d’exprimer librement son opinion sur toute question l’intéressant, les opinions de l’enfant étant dûment prises en considération eu égard à son âge et à son degré de maturité. La CIDE indique également qu’il faut donner à l’enfant la possibilité d’être entendu dans toute procédure judiciaire ou administrative le concernant, soit directement soit par l’intermédiaire d’un représentant ou d’un organisme approprié. Il s’agit donc pour les enfants de pouvoir exercer une influence sur leur propre vie et leur environnement.

En pratique, favoriser la participation des enfants et des jeunes consiste, pour les adultes, à leur donner l’information adaptée à leur âge, à les écouter, à les associer aux prises de décisions et à les consulter sur des sujets qui les concernent directement. Elle doit être voulue par les enfants eux-mêmes et s’exercer sur des bases co-définies avec les adultes, que ce soit à la maison, à l’école, dans le quartier ou dans la commune, ou au niveau national.

En tant que signataire de la CIDE, l’Etat français à la responsabilité de prendre en considération dans ses législations, ses politiques et ses pratiques des dispositions pour veiller à ce que les enfants soient en mesure d’exercer ce droit et d’être entendus.

Le droit à la participation n’est pas un cadeau, ni un droit secondaire. Il est à la fois un article de la CIDE et un principe transversal pour garantir le respect de tous les autres droits des enfants. Comme l’expliquait un garçon de neuf ans, ne pas consulter le point de vue des enfants lorsqu’on prend des décisions ayant un impact sur leur vie,  «c’est comme fabriquer des vêtements pour quelqu’un dont on ne connaitrait pas la taille» ! Ecouter les enfants contribue à l’élaboration de meilleures décisions, par une meilleure connaissance de leurs besoins et de leurs expériences de la réalité.

Comment fait l’UNICEF pour faire valoir la voix des enfants et des jeunes ?

L’UNICEF France organise tous les deux ans une grande Consultation nationale des 6-18 ans, pour mettre en lumière leur perception du quotidien, leurs relations au sein de la famille, de la ville ou quartier, de l’école, etc.

Surtout, cela permet de donner la parole à celles et ceux dont les adultes et médias ne cessent de parler sans les consulter : les enfants et les adolescents issus de groupes marginalisés, les adolescents,… mais qui n’ont pas souvent voix au chapitre.

Tant au niveau national que local, les données recueillies par l’UNICEF permettent d’alimenter les réflexions des décideurs pour une meilleure orientation des politiques publiques en faveur des enfants et des adolescents.

Et ce n’est pas tout. L’UNICEF France travaille avec les enfants et les adolescents, avec le gouvernement, les autorités locales, les écoles, la société civile et le secteur privé pour garantir le droit à la participation de tous les enfants et adolescents. Nos activités visent à :

  • Sensibiliser les acteurs éducatifs, les décideurs et les enfants eux-mêmes pour faire comprendre l’importance de la participation des enfants et de la prise en compte leur parole
  • Renforcer les capacités des institutions, des écoles et des organisations de la société civile à travailler en collaboration avec les enfants et les jeunes
  • Plaider pour des changements législatifs afin de garantir que les enfants et les jeunes aient la possibilité d’exprimer leurs opinions
  • Soutenir une participation significative et durable des enfants et des adolescents de différents milieux sociaux et de groupes marginalisés, en accompagnant la création d’espaces qui leur offrent la possibilité de s’engager en tant que partenaires, d’exprimer leurs opinions et de participer aux décisions qui affectent leur vie.

Nos programmes d’engagement pour les jeunes

En interne, l’UNICEF s’assure de mettre en œuvre le droit à la participation en donnant la capacité aux enfants et aux jeunes de « faire bouger les lignes au sein de l’association » selon Elise, 17 ans, membre du 1er Conseil UNICEF des jeunes.

Notre association s’appuie aussi sur des programmes d’engagement bénévole adaptés aux étapes et modes de vie des enfants et des jeunes, pour que chacun d’entre eux puisse être acteur dans la défense de ses propres droits et de ceux des autres enfants : « Jeunes Ambassadeurs et Ambassadrices » pour les 10-26 ans, et « Clubs UNICEF  » dès l’âge de 6 ans.