1 million d’enfants sous la menace de la malnutrition au Sahel

Publié le 16 décembre 2011 | Modifié le 31 mars 2016

L’Unicef estime qu’un très grand nombre d’enfants de moins de 5 ans sont menacés de malnutrition aiguë sévère dans les pays du Sahel. Pour éviter une catastrophe qui pourrait entraîner une surmortalité chez les jeunes enfants, il nous faut agir maintenant. Notre organisation a besoin de 50,4 millions d’euros pour une réponse immédiate et de grande ampleur.

 

 

C’est une nouvelle menace pour les enfants de plusieurs pays du Sahel. Les dernières pluies ont été faibles et mal réparties et les récoltes insuffisantes pour permettre un accès satisfaisant à la nourriture des populations. Cette situation s’ajoute à une grande difficulté pour les familles les plus pauvres d’accéder à une nourriture de qualité et suffisamment riche pour leurs enfants en bas âge. Aujourd’hui, ces populations sont très vulnérables. Sur les huit pays du Sahel, sept comprennent des régions où les taux de malnutrition chez les moins de cinq ans sont à un niveau critique. 

Dans les régions les plus sèches du Tchad et de la Mauritanie, les taux de malnutrition enregistrés nécessitent la mise en œuvre d’une réponse dès maintenant pour éviter une aggravation de la situation. Ailleurs, au Niger, l’Unicef estime que 330 600 enfants de moins de 5 ans pourraient souffrir de malnutrition aiguë sévère si rien n’est fait. Plus de la moitié des villages du pays sont menacés. Au Nigeria, au nord du Cameroun, au Burkina Faso, au Mali et dans le nord du Sénégal, la situation est critique.

 

Agir dès maintenant pour éviter le pire

 

« Cette crise qui touche les enfants est un immense défi !», selon David Gressly, le directeur régional de l’Unicef, basé à Dakar (Sénégal). « L'ampleur de la situation exige une réponse à la hauteur dès maintenant ! ».

Pour faire face à cette crise, l’Unicef prévoit l’acheminement d’aliments thérapeutiques. La distribution de stocks d'urgence a aussi été lancée. « Une tragédie sera évitée seulement grâce à un effort sans précédent au Sahel », souligne David Gressly. « Cela nécessitera de s'assurer que du personnel qualifié soit sur le terrain avec les secours nécessaires et que nos actions permettent de contenir la menace de maladies opportunistes parmi les populations affaiblies ».

Les besoins sont estimés à 50,4 millions d’euros, afin que l'Unicef puisse mettre en œuvre des actions de grande ampleur, essentielles à la survie des enfants, dans les secteurs prioritaires de la nutrition et de la santé.


Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF

Soutenir nos actions