1er jour : du cinéma itinérant pour faire passer des messages sur la santé dans les villages

Publié le 21 septembre 2009 | Modifié le 31 mars 2016

Dès le premier jour, Eliane, Monique, Mireille, Françoise et Elyane, accompagnées de 2 personnels de l’Unicef Maputo ont assisté, à une session de mobilisation communautaire, un des volets d’interventions du modèle « Écoles Amies des Enfants ».

Grâce à l’appui technique et financier de l’Unicef, ces séances sont désormais organisées autour d’Unités Mobiles Multimédias. Ces unités sont en fait des véhicules équipés d’un générateur et d’un grand écran permettant d’utiliser un support vidéo, en langue locale, pour faire passer les principaux messages de prévention, dans des zones où les populations ont un accès très limité à l’information. Dans la seule province de Tete, deux unités mobiles multimédias sont mobilisées annuellement et passent de village en village pour animer des séances de prévention.

Lorsque nos cinq bénévoles arrivent au village de Mpadwé, il fait nuit noire. Quel étonnement ! Près de 1000 personnes sont amassées et regardent avec attention les animations vidéos projetées sur une grande toile installée à l’occasion. Certains ont parcouru plusieurs kilomètres pour pouvoir assister à cette séance. Des dessins animés sont diffusés, ils présentent des personnages, enfants et adultes, dans des scènes de la vie quotidienne mozambicaine, et par ce biais dispensent des messages de sensibilisation/prévention sur les bonnes pratiques de la vie courante… Le premier  film porte sur les risques liées à l’utilisation et l’ingestion d’eau souillée, le second sur l’importance d’éduquer les filles, puis le suivant sur le VIH/sida et les moyens de s’en prémunir.

Toutes ces séances de mobilisation communautaire sont animées par des agents de l’Institut de la Communication Sociale, partenaire de l’Unicef sur ces activités. En général, les unités mobiles restent 2 à 3 jours sur chacun des sites dans lesquels elles se rendent. Le premier soir des films sont diffusés et traitent de sujets divers de la vie courante. La journée qui suit, des tentes sont installées et permettent à chacun de venir se renseigner ou trouver conseil auprès d’agents de santé formés. Sous les tentes, de manière individuelle et anonyme, les langues se libèrent sur des sujets sensibles comme le VIH/sida et le dépistage est proposé.

La session à laquelle nos cinq bénévoles participent ce lundi soir est dirigée par deux agents très dynamiques.. Ils haranguent la foule, l’interrogent, la poussent à se questionner… Maria, une des animatrices présente ce soir là, travaille dans les unités mobiles depuis 1 an, initialement elle faisait du théâtre, mais a décidé de prendre ce poste car ce qu’elle aime avant tout « c’est de créer un échange avec les gens autour des problèmes que nous rencontrons tous les jours ici au Mozambique.. Avec des animations comme celles-ci, chacun a accès aux informations les plus basiques pour se protéger ». Sa formation de comédienne l’aide largement à se désinhiber et à jouer avec le millier de participants présents. Entre chaque petits films, Maria et son collègue organisent des jeux type questions/réponses, improvisent des chants et des danses tout en scandant des messages de sensibilisation. La foule est comblée, pour les petits et les grands, c’est un véritable spectacle ! Un spectacle qui se veut être pédagogique et participatif….