Accès à des sanitaires fermés : quelles avancées ?

Publié le 17 mars 2010 | Modifié le 19 janvier 2016

La défécation à ciel ouvert est en déclin partout dans le monde. Mais cette pratique dont les conséquences sanitaires peuvent être mortelles reste toutefois très répandue en Asie du Sud.

Avec 87% de la population mondiale, soit près de 5,9 milliards de personnes ayant accès à de l'eau potable, le monde est sur la voie d'atteindre, voire de dépasser, les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) en matière d'eau potable. C’est la bonne nouvelle annoncée dans le nouveau rapport du Programme conjoint de l’OMS et de l’Unicef sur le suivi de l'approvisionnement en eau et de l'assainissement intitulé « Progrès en matière d'eau potable et d'assainissement–2010 Rapport de mise à jour ».

Défécation à ciel ouvert : de 25% à 17%

Les systèmes d’assainissement continuent de poser problème dans de nombreux pays. Près de 39% de la population mondiale, soit plus de 2,6 milliards de personnes sont toujours dépourvues d'accès à un système d'assainissement amélioré. Il reste donc beaucoup à faire pour atteindre l'OMD en matière d'assainissement. Si la tendance actuelle se poursuit, la communauté internationale manquera l'OMD relatif à l'assainissement en 2015 de près d'un milliard d'habitants.

Il faut pourtant déjà se réjouir du fait que la défécation à ciel ouvert – la pratique la plus antihygiénique de toutes – soit en déclin partout dans le monde, passant sur le plan mondial de 25% en 1990 à 17% en 2008, ce qui représente une diminution de 168 millions des tenants de cette pratique depuis 1990. Mais cette pratique antihygiénique reste toutefois très répandue en Asie du Sud, où l'on estime que 44% de la population continue à déféquer à ciel ouvert. La mobilisation doit continuer pour que l’accès à des systèmes d’assainissement améliorés soit universel.