André, testateur : « Aider les enfants à vivre »

Publié le 05 septembre 2014 | Modifié le 21 août 2018

André a décidé d'inscrire l'UNICEF dans son testament. C'est son enfance difficile qui l'a poussé à nous léguer la totalité de son patrimoine. Il s'assure ainsi que les droits des enfants continueront à être défendus.

André a voulu faire de l'UNICEF France son légataire universel. Il a découvert que c'était possible par hasard, en consultant son courrier. Il lui a fallu plusieurs semaines pour mûrir ce choix, mais il est désormais certain que c'était la bonne chose à faire. « Le fait que je n’ai pas d’enfant a facilité ma décision. Ce qui l’a motivée, c’est ma vie. » Après une enfance difficile, son ambition était de faire en sorte que son patrimoine serve à protéger les générations futures.

Pour lire la suite, consultez notre site dédié au legs.

En savoir plus sur le LEGS à l'UNICEF

  Recevez notre guide gratuit !

 
Le legs à l’UNICEF est exonéré à 100% de droits de succession et bénéficie à 100% aux programmes de l’UNICEF en faveur des enfants.