Asie du Sud-Est : un an après le Tsunami

Publié le 06 décembre 2005 | Modifié le 05 janvier 2016

Il y a bientôt un an, le 26 décembre 2004, le tsunami frappait les côtes de l’océan Indien. Plus de 200 000 personnes ont péri. Parmi ceux qui ont survécu, certains ont perdu leurs parents, leurs amis, leurs professeurs. Ils ont perdu leur maison et leur école, mais aussi ce qu’ils possédaient et qui assurait leur vie quotidienne. L’UNICEF a été en mesure de répondre rapidement et massivement à la crise.

Présent depuis des années dans les pays touchés, l’UNICEF a pu immédiatement mobiliser tous ses moyens pour répondre aux besoins des personnes en détresse.

Alors qu’une grande étape a été franchie, il reste beaucoup à faire. Des milliers de personnes habitent toujours dans des logements temporaires, rendant la sécurité des enfants et des familles précaires. De nombreux enfants n’ont toujours pas un accès régulier aux services essentiels. Reconstruire requiert un temps plus ou moins long selon les capacités antérieures du pays et le degré auquel il a été affecté. La vague géante a durablement laissé son empreinte sur les côtes d’Indonésie, du Sri Lanka, de Thaïlande et d’Inde et ses images qui ont fait le tour du monde, sont gravées dans toutes les mémoires.

Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF