Bilan UNICEF France 2015 : 51,8 millions d’euros pour les programmes de l’UNICEF

Publié le 02 août 2016 | Modifié le 17 août 2016

Conflits, urgences, crise migratoire, catastrophes naturelles et climatiques… En 2015, les enfants n’ont pas été épargnés. Malgré la multiplicité de ces crises humanitaires, le soutien des donateurs s’est accru, ce qui permet aux équipes de l’UNICEF d’intervenir et agir au plus près des enfants les plus vulnérables.
Découvrez le bilan de l’année 2015, avec notamment la contribution financière de l’UNICEF France à hauteur de 51,8 millions d’euros pour les programmes de terrain.

2015 a été une année douloureuse pour les enfants dans le monde, marquée par les crises et urgences humanitaires qui se multiplient, les conflits qui s’enlisent, et les catastrophes naturelles qui se déclenchent à cause du dérèglement climatique. Comme toujours, l’UNICEF a agi sans relâche pour répondre aux besoins essentiels de ces enfants et adolescents impactés. Ce travail a pu être possible grâce au soutien précieux de nos donateurs.

La contribution financière de l’UNICEF France parmi les plus importantes

Versement à l'UNICEF au titre de 2015 et répartition du versement

L’UNICEF France continue de figurer parmi les Comités nationaux les plus contributeurs avec une contribution de 51,8 M€ en 2015 pour financer les programmes de l’UNICEF international, dont 4,8 millions au bénéfice des situations d’urgence.
Ce résultat satisfaisant, nous le devons à la générosité du public qui continue à nous soutenir avec fidélité et engagement.

L’UNICEF France tire aujourd’hui ses principales ressources :

  • Des dons réguliers par prélèvement automatique (30,1 M€, soit + 4 % par rapport à 2014)
  • Des legs, toujours en forte augmentation (11,5 M€, soit + 15 % par rapport à 2014)

À noter, une augmentation importante des dons en ligne : 4,3 M€ en 2015, dont 1,8 M€ pour les urgences (+ 40 % par rapport à 2014, urgences exclues). Ces ressources sont essentielles pour assurer la pérennité des programmes de l’UNICEF auprès de tous les enfants en danger. Tout comme les ressources liées à la vente des cartes et produits, des événements de collecte et des partenariats avec les entreprises. Chaque don est précieux, quelle que soit sa forme.

Des urgences humanitaires de plus en plus aiguës

71 pays et zones régionales sont concernés par le fonds de l’UNICEF pour les urgences, soit plus d’un tiers du globe. Cela donne une idée de l’entendue de notre intervention.
230 millions d’enfants vivent dans un pays en proie à un conflit armé. Cela devrait alerter chacun d’entre nous sur la terrible situation de ces enfants qui ne vivent plus en sécurité. L’alerte est notamment venue durant l’été 2015 avec la crise syrienne qui a provoqué, en partie, celle des enfants migrants et réfugiés en Europe.

L’UNICEF intervient dans les pays en guerre pour porter assistance à ces enfants vulnérables :

  • Syrie : plus de 8 millions d’enfants sont victimes du conflit qui fait rage depuis plus de 5 ans. En réponse à cette tragédie mettant gravement en péril une génération entière, l’UNICEF a déclenché l’une des plus importantes opérations humanitaires de son histoire et continue de porter assistance à des millions d’entre eux, en Syrie et dans les pays voisins, en Turquie, au Liban et en Jordanie.
  • Irak : 3 millions de personnes ont dû fuir leur foyer pour se réfugier sur plus de 3 000 sites à l’intérieur du pays, privant des centaines de milliers d’enfants d’éducation et de protection. L’UNICEF et ses partenaires ont fourni une aide d’urgence pour assurer la survie des familles et appelé à un renforcement des moyens pour continuer d’intervenir.
  • Soudan du Sud : La violence et la destruction des infrastructures ont provoqué des déplacements massifs de populations, exposant près de 4 millions de personnes à une grave crise alimentaire et aux maladies. Les équipes de l’UNICEF sont toujours présents sur le terrain pour leur fournir une assistance vitale.
  • Yémen : près de 10 millions d’enfants ont payé le prix fort de l’escalade de la violence qui a conduit le Yémen au bord du chaos. En dépit de conditions très difficiles, l’UNICEF et ses partenaires ont continué à leur fournir une assistance humanitaire vitale en matière de santé, d’eau et d’assainissement, et permis à 200 000 élèves de reprendre leur scolarité.

Les enfants, victimes sans défense des catastrophes naturelles et climatiques

Afin d’aider les enfants du Népal à surmonter leur traumatisme, l’UNICEF a installé des espaces de jeux et de loisirs dans les zones les plus sinistrées grâce à l’argent des donateurs.
Afin d’aider les enfants du Népal à surmonter leur traumatisme, l’UNICEF a installé des espaces de jeux et de loisirs dans les zones les plus sinistrées grâce à l’argent des donateurs., by Eskandar Benaicha

Afin d’aider les enfants du Népal à surmonter leur traumatisme, l’UNICEF  a installé des espaces de jeux et de loisirs dans les zones les plus sinistrées
grâce à l’argent des donateurs. © UNICEF/UNI184540/Page

En 2015, les enfants n’ont pas été épargnés non plus par les crises liées aux catastrophes naturelles, comme l’urgence au Népal pour laquelle nos donateurs se sont fortement mobilisés, ou les crises liées aux catastrophes climatiques, comme le cyclone Pam au Vanuatu.

Au Népal, pour contribuer à l’appel aux dons de 45 millions d’euros, l’UNICEF France a immédiatement débloqué 500 000 euros et collecté plus de 3 millions d’euros, en finançant notamment des programmes de soutien psychosocial et en permettant à un million d’enfants de reprendre leur scolarité : plus de 6 300 écoles ont été construites en2015 avec son soutien.

Au Vanuatu, 82 000 enfants avaient besoin d’une assistance d’urgence après le passage dévastateur du cyclone Pam. Les objectifs ont été atteints : distribution de fournitures médicales et scolaires, rétablissement de l’eau potable et de la chaîne du froid pour la campagne de vaccination contre la rougeole et le risque épidémique, ouverture de lieux d’accueil et d’écoles temporaires, mise en œuvre de programmes de soutien psychologique.

La COP 21, une opportunité cruciale de plaidoyer pour l’UNICEF

Les enfants sont les principaux concernés par les enjeux climatiques. Du fait de leur vulnérabilité, ils sont le plus gravement impactés par la multiplication des catastrophes naturelles liées au changement climatique, provoquant des crises nutritionnelles, des migrations et des conflits, de plus en plus nombreux, autour de ressources essentielles comme l’eau.
L’UNICEF a tenu à faire entendre leurs voix et peser sur les négociations de la COP 21, le grand rendez-vous mondial sur le climat tenu à Paris en décembre 2015. La question du dérèglement climatique va continuer à occuper le devant du front humanitaire, à l’image aujourd’hui de l’urgence provoquée par le phénomène El Niño, et le nombre de réfugiés climatiques risque d’augmenter ces prochaines années.

Les chiffres clés de l’UNICEF France en 2015

  • 51,8 M€ de contribution de l'UNICEF France aux programmes de terrain, dont 4,8 M€  ont été dédiés aux urgences
  • 5 310 bénévoles, 3 685 adhérents, 72 comités départementaux qui forment le cœur de notre association
  • 2 500 enfants et jeunes mobilisés en France, dont 1 500 Jeunes ambassadeurs et 500 étudiants Campus, sans oublier le soutien supplémentaire de 20 volontaires en Service civique
  • 208 Villes, 14 Intercommunalités et  6 Départements amis des enfants mobilisés dans notre réseau des Collectivités partenaires
  • Près de 100 entreprises engagées pour l’UNICEF qui ont permis de collecter 5,6 millions d’euros

L’UNICEF France remercie ses donateurs, ses partenaires et ses bénévoles, de leur mobilisation en faveur des enfants. C’est grâce à l’engagement de tous, y compris des personnalités, des sportifs, des entreprises et des collectivités, que nous faisons, chaque jour, avancer la cause des enfants dans le monde.
Un grand MERCI à vous !

En savoir plus
 Les derniers rapports annuels de l'UNICEF France

Retrouvez les dernières éditions du rapport d'activité de l'UNICEF France et l'essentiel.

Confiance et transparence
Logo du Comité de la Charte

En 2015, le Comité de la Charte a renouvelé le label "Don en confiance" à l'UNICEF France pour une durée de 3 ans.
Ce label est délivré à l'UNICEF France depuis 1991, gage de confiance, de rigueur et de respect des règles déontologiques en matière de don (gestion, utilisation, communication aux donateurs).

Par ailleurs, l'UNICEF International est également contrôlé par la Cour des Comptes des Etats membres, dispose de son propre dispositif de contrôle interne et est signataire de International  Aid Transparency Initiative (ITAC). L'UNICEF est la 3e organisation mondiale la plus transparente selon l’index 2016 de la transparence de l’aide internationale.

Soutenir nos actions