Choléra, enfants-soldats… En Libye, un avenir sombre pour les enfants

Publié le 22 janvier 2020

À Tripoli, la montée des violences et des attaques est telle que des dizaines de milliers d’enfants sont en danger, tandis que des écoles sont régulièrement prises pour cible.

Depuis avril 2019, la guerre civile qui déchire la Libye a provoqué la mort de centaines d’enfants. Sur le terrain, nos équipes prennent en charge des familles dont les  enfants ont été tués ou mutilés suite à des attaques dans des zones habitées. On observe par ailleurs que des enfants sont enrôlés par des groupes armés pour prendre part aux combats. L’enfance de chacun d’entre eux est menacée. Pour 90 000 enfants et leur famille, la seule issue a été de fuir, mais comment trouver un lieu vraiment sûr dans ce contexte ?

Des risques décuplés

Suite aux combats, près de 30 centres de soins ont été endommagés et plusieurs ont dû fermer. Des écoles ont connu le même sort, ce qui prive 200 000 enfants de la chance d’apprendre, un droit pourtant garanti par la Convention internationale des droits de l’enfant. De nombreuses études d’UNICEF le démontrent : des enfants qui ne sont pas scolarisés encourent plus de risques et sont plus vulnérables aux trafics humains. Les attaques perpétrées contre les civils touchent aussi des infrastructures fondamentales : des installations de distribution d’eau potable ont été mises à mal et le système de gestion des déchets est maintenant inexistant à Tripoli et dans l’ouest de la Libye. Le risque d’épidémie notamment de choléra en est considérablement augmenté.

Sur le terrain, UNICEF et ses partenaires interviennent sur tous les fronts : nutrition, éducation, accès à l’eau potable et à l’hygiène et protection des enfants seuls. En dépit des difficultés rencontrées avoir accès à ses enfants, nous continuons à apporter une aide humanitaire vitale pour les enfants de la région.

Contribuez à aider les enfants en Libye : faites un don à UNICEF.