Contre la mutilation de leurs filles

Publié le 23 décembre 2009 | Modifié le 31 mars 2016

Saeed et Samir ne veulent pas que leurs filles subissent de mutilations génitales. Une décision forte dans une région du Soudan où ces pratiques sont très répandues.

Saeed et Samir vivent dans le village de Sufi Al Bashir, dans l’Etat de Kassala au nord du Soudan. La pratique des mutilations génitales féminines/excisions est très courante dans leur village. Mais ces parents ont décidé de préserver leurs deux fillettes, Donya, 18 mois et Shimus, 4 ans. Leur maman a trop souffert depuis son enfance. «Ni mon mari, ni moi ne voulons que nos filles soient excisées, affirme la mère de famille. Cela m’a causé tant de problèmes, nous ne voulons pas que nos filles souffrent de la même manière.»

Ces mutilations couramment pratiquées entraînent en effet des infections, des douleurs chroniques, des complications lors de la grossesse et de l’accouchement. Et mettent ainsi la vie de nombreuses femmes et de nombreux nouveau-nés en danger.

Grandir « Saleema »

Le gouvernement soudanais incite aujourd’hui les familles à abandonner ces pratiques. Pour cela, en 2008, les autorités ont développé une nouvelle stratégie. Une démarche globale, basée sur le dialogue, dans le respect de la culture et des opinions des participants et s’inscrivant dans le temps. Car du temps, il en faut pour impulser des changements de fond..

Dans le nord du Soudan, où 89% des femmes de 15 à 49 ans ont subi des mutilations génitales, c’est grâce à la campagne « Saleema », soutenue par l’Unicef, que le dialogue est encouragé. « Saleema » désigne en arabe les filles « entières » ou «intactes». Des centaines de chefs religieux encouragent aujourd’hui les parents à « laisser chaque fille grandir Saleema ». Un message entendu par un nombre croissant de familles. Mais le processus est long. On estime aujourd’hui que trois millions de filles subissent chaque année des mutilations génitales en Afrique.

 

Pensez-y, vous pouvez aider l'action de l'Unicef contre les mutilations génitales féminines en faisant un don.

Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF

Soutenir nos actions