L'univers UNICEF France

Le programme École amie
des droits de l’enfant vise à faire de l’école un lieu plus juste, plus inclusif et plus participatif.

Découvrir
Ville amie logo

En 2021, 264 villes ont intégré le réseau Ville amie des enfants 2020/2026.
Rejoignez le grand réseau
Ville amie des enfants.

Découvrir
My Unicef logo

Trouvez des informations,
des activités ludiques et éducatives, des ressources pédagogiques ou comment créer un projet solidaire.

Découvrir
Photo d'illustration de la boutique solidaire de l'UNICEF France

Agissez en achetant solidaire

Offrez à vos proches des cadeaux qui ont du sens et qui contribuent concrètement à aider des enfants vulnérables.

Découvrir
Le 15 janvier 2021, les vaccins COVID-19 achetés par la facilité COVAX arrivent à l'aéroport de Kigali au Rwanda. L'expédition de 1,1 million de vaccins COVID-19 au Rwanda comprend la milliardième dose fournie par l'installation COVAX. © UNICEF/UN0579046/Kanobana
Le 15 janvier 2021, les vaccins COVID-19 achetés par la facilité COVAX arrivent à l'aéroport de Kigali au Rwanda. L'expédition de 1,1 million de vaccins COVID-19 au Rwanda comprend la milliardième dose fournie par l'installation COVAX. © UNICEF/UN0579046/Kanobana

COVAX appelle à une action urgente pour combler le manque d'équité en matière de vaccins

  • COVAX a accès à suffisamment de vaccins COVID-19 pour aider à protéger 70 % de la population dans 91 pays à faible revenu.
  • La demande et l’utilisation des vaccins sont faibles, les pays à faible revenu étant les plus en retard.
  • Pour combler le fossé mondial en matière d’équité vaccinale, COVAX appelle les pays à fixer des objectifs ambitieux pour y remédier et tous les partenaires à veiller à ce que les pays disposent des ressources nécessaires pour accélérer et étendre les stratégies nationales.

Genève/New York/Oslo, le 20 mai 2022 – Près de 18 mois après la première administration d’un vaccin COVID-19, des progrès incroyables ont été réalisés – les pays à faible revenu ont administré des milliards de vaccins COVID -19 dans le cadre d’un déploiement mondial historique sans précédent en termes de vitesse, d’échelle et de démographie. Pourtant, malgré ces progrès et l’atténuation des contraintes d’approvisionnement au niveau mondial, les inégalités entre les pays à faible revenu et les pays à revenu élevé continuent de coûter des vies et de prolonger la pandémie en augmentant la menace que représente l’émergence de nouvelles variantes du virus, potentiellement plus dangereuses.

Seuls 16 % des habitants des pays à faible revenu ont reçu une seule dose de vaccin, contre 80 % dans les pays à revenu élevé. Dans certains pays à faible revenu, un grand nombre de personnes parmi les plus à risque de la société – personnel de santé, personnes âgées et personnes souffrant de problèmes de santé sous-jacents – ne sont pas protégées alors que de jeunes adultes en bonne santé reçoivent des doses de rappel dans les pays plus riches.

Le monde doit agir de toute urgence pour combler ce déficit d’équité

Après une année de fortes contraintes, nous nous trouvons aujourd’hui dans une situation qui aurait semblé impossible il y a deux ans : à savoir que l’offre mondiale est désormais suffisamment élevée pour parvenir à l’objectif primordial de soutenir une vaccination complète et équitable de toutes les populations adultes et adolescentes dans le monde. COVAX a accès à plus de doses qu’il n’en faut pour permettre à 91 pays à faible revenu soutenus par la garantie de marché COVAX (AMC) – qui fournit des doses financées par les donateurs d’une grande variété de vaccins COVID-19 – d’atteindre leurs objectifs à la lumière de l’objectif mondial de l’OMS consistant à protéger 70 % de la population de chaque pays. Nous pouvons aider ces pays à atteindre leurs objectifs individuels et à donner la priorité à la couverture complète des groupes à haut risque. Conformément à la feuille de route actualisée du SAGE de janvier 2022 – qui recommande des rappels pour les groupes prioritaires – COVAX est désormais ouvert aux demandes de doses pour les campagnes de rappel des pays et les encourage.

COVAX est également bien placé pour livrer ces doses afin qu’elles atteignent ceux qui en ont besoin. En 15 mois seulement, le COVAX – en tant que pilier vaccins du partenariat ACT-Accelerator pour un accès équitable aux outils COVID-19 – a expédié plus de 1,3 milliard de vaccins à 87 pays à revenu faible ou intermédiaire de la tranche inférieure dans le monde. Les expéditions de COVAX représentent 82 % des vaccins livrés aux pays à faible revenu et la majorité des vaccins COVID-19 administrés dans des contextes humanitaires. En menant l’effort de vaccination le plus rapide, le plus important et le plus complexe de l’histoire, le travail de COVAX a permis de porter à 46 % la proportion moyenne de personnes protégées par une série complète de vaccins dans ces pays à revenu faible ou moyen inférieur.

Il s’agit maintenant de s’appuyer sur cette base pour aider les pays à protéger pleinement les groupes à haut risque, à atteindre les objectifs nationaux de vaccination et à combler définitivement le déficit mondial d’équité vaccinale du COVID-19. Cependant, des obstacles subsistent : la demande et l’utilisation sont faibles, les pays à faible revenu étant les plus en retard.

Des objectifs ambitieux soutenus par des plans concrets de mise en œuvre

Avec plus de 3,8 milliards de doses de COVID-19 administrées à ce jour, les gouvernements nationaux des pays à faible revenu ont ouvert la voie. Le nombre de pays dont la couverture est inférieure à 10 % de la population est passé de 34 en janvier à 18 aujourd’hui. Certains pays soutenus par AMC – par exemple, le Bhoutan, le Cambodge, le Viet Nam, les Maldives, les Fidji et le Bangladesh – ont une couverture supérieure à 70 %.

S’appuyant sur les efforts de préparation des pays entrepris jusqu’à présent, les pays les plus en retard reçoivent un soutien adapté. En janvier 2022, l’OMS, l’UNICEF et Gavi ont créé le Partenariat pour la fourniture du vaccin COVID-19 (CoVDP), une initiative interinstitutions qui s’appuie sur les ressources existantes aux niveaux mondial, régional et national pour soutenir la fourniture du vaccin COVID-19 dans les pays à faible revenu. Le CoVDP fournit spécifiquement un soutien opérationnel urgent aux 34 pays dont le taux de couverture vaccinale totale était égal ou inférieur à 10 % en janvier 2022, dont beaucoup se trouvent en Afrique. À la mi-avril 2022, un total de 29 millions de dollars US de financement urgent a été coordonné et déboursé – dans un délai de 15 jours ouvrables ou moins – à dix pays à travers les trois agences. La CoVDP a suscité un engagement politique auprès de plusieurs pays ayant un faible taux de vaccination afin de maintenir la fourniture de vaccins en tête de l’agenda politique et d’identifier les possibilités de regrouper les vaccinations COVID-19 avec d’autres interventions sanitaires.

Si le CoVDP et d’autres efforts aident les pays à faible revenu à progresser, des défis doivent encore être relevés. Dans de nombreux pays, Omicron a réduit le risque perçu du virus et il y a d’autres priorités sanitaires sur lesquelles les gens et les gouvernements se concentrent. La possibilité d’intégrer la vaccination contre le COVID-19 à d’autres activités des systèmes de santé – par exemple, les campagnes contre la rougeole et la polio, ou la distribution de moustiquaires contre le paludisme – devient donc plus importante. La vaccination contre le virus COVID-19 est également une occasion de renforcer les systèmes de santé, notamment par la formation des agents de santé, l’amélioration des systèmes d’information sur la gestion de la santé, l’amélioration de la chaîne du froid et l’élaboration de nouvelles méthodes de travail dans des contextes fragiles et conflictuels.

Grâce à notre dialogue permanent avec les pays soutenus par l’AMC, nous savons que la demande est très fluctuante et difficile à prévoir, même pour les pays eux-mêmes. Grâce à la contribution des gouvernements nationaux, COVAX est en mesure de faire des estimations initiales de la demande globale des pays soutenus par l’AMC. D’après notre analyse des dernières prévisions de planification de la demande qui nous ont été fournies par ces pays, la demande estimée des pays d’aujourd’hui à début 2023 s’élève actuellement à environ 330 millions de doses de COVAX, en plus de ce qui a déjà été livré ou accepté par les pays. Cependant, ces chiffres restent changeants et évolueront en fonction des situations sur le terrain ainsi que de l’apparition de nouveaux variants. C’est pourquoi COVAX travaillera avec les gouvernements nationaux pour actualiser continuellement ces estimations.

Pour que le monde continue à faire des progrès significatifs en vue de combler le fossé mondial en matière d’équité vaccinale, nous appelons d’urgence les pays à fixer des objectifs ambitieux soutenus par des plans concrets de mise en œuvre – en donnant la priorité à la couverture totale des groupes à haut risque – et tous les partenaires à coordonner la fourniture aux pays des ressources nécessaires pour accélérer et étendre les stratégies nationales, stimuler la demande et surmonter les goulets d’étranglement opérationnels. Les trois ou quatre prochains mois seront cruciaux pour accélérer les campagnes de vaccination contre le virus COVID-19, tout en intégrant les efforts de vaccination contre le virus COVID-19 dans les systèmes de santé primaires de routine.

La protection rapide des populations doit être prioritaire

Le fait que l’offre mondiale soit désormais suffisante pour répondre aux besoins témoigne du travail de pionnier des communautés scientifique et industrielle, tout comme le fait qu’il n’ait fallu que 327 jours pour passer du séquençage et de la publication du virus SRAS-CoV-2 à l’utilisation d’un vaccin COVID-19 en urgence.

Alors que nous nous efforçons d’aider les pays à déployer davantage de doses, nous devons également veiller à ce que l’approvisionnement reste disponible, au bon moment. COVAX a connu des retards dans l’obtention de doses en 2021. Avec de nombreuses doses provenant d’accords d’achat anticipé devenant maintenant disponibles aux côtés des doses données, et la nature dynamique de la demande des pays associée à une offre excédentaire mondiale, il est très probable que l’offre globale dépasse la demande. Cependant, COVAX travaille avec les fabricants pour aider à rendre l’offre plus réactive à l’environnement changeant de la demande.

Le fait que l’offre mondiale et celle de COVAX dépassent désormais la demande est une situation avantageuse en cas de pandémie, car elle garantit à tous les pays la disponibilité à long terme de l’offre et le choix du produit. La protection rapide des populations doit désormais être prioritaire. C’est fondamental, étant donné que 2021 a clairement démontré l’impact d’un approvisionnement ad hoc et imprévisible sur la capacité des pays dont les ressources des systèmes de santé sont plus limitées à planifier et à déployer des campagnes de vaccination. La certitude de l’approvisionnement permet aux pays de planifier les campagnes de vaccination nationales avec plus de confiance, de garantir la disponibilité d’un stock permanent dans le pays et de faciliter un déploiement efficace et sans heurts.

Bien que tous les efforts doivent être faits pour minimiser le gaspillage et la péremption, les pays à faible revenu doivent également être en mesure d’accepter des doses et de viser haut, sans être stigmatisés lorsqu’il y a du gaspillage, qui est une partie inévitable des efforts de vaccination contre toute maladie, dans tout pays.

COVAX s’engage à fournir aux pays un approvisionnement prévisible et à long terme, en s’adaptant à tous les contextes et en maintenant des réserves afin de s’assurer que l’approvisionnement peut suivre les variations de la demande. Cela implique de travailler avec les fabricants et les donateurs afin de garantir que tout nouveau vaccin adapté à une variante parvienne à COVAX en même temps que les pays à revenu plus élevé.

Nous appelons les pays donateurs et les fabricants à soutenir le COVAX en veillant à ce que le volume et le calendrier des livraisons correspondent le mieux possible aux besoins des pays à faibles revenus. Les donateurs doivent aider le COVAX à maintenir un portefeuille diversifié, y compris des vaccins adaptés aux variantes si nécessaire. Les fabricants doivent collaborer avec le COVAX pour rééchelonner ou redimensionner l’approvisionnement à partir des accords d’achat anticipé existants.

Un monde assailli par de nombreux défis et crises ne change rien au fait que la pandémie – notre crise collective – est loin d’être terminée. Combler le déficit d’équité en matière de vaccins doit rester une priorité urgente pour la communauté internationale.

Notes aux rédactions :

A propos de COVAX
COVAX, le pilier vaccins de l’Accélérateur d’accès aux outils COVID-19 (ACT), est codirigé par le CEPI, Gavi, l’OMS et l’UNICEF – travaillant en partenariat avec les fabricants de vaccins des pays développés et en développement, l’OPS, la Banque mondiale et d’autres. Il s’agit de la seule initiative mondiale qui travaille avec les gouvernements et les fabricants pour s’assurer que les vaccins COVID-19 sont disponibles dans le monde entier, tant dans les pays à revenu élevé que dans les pays à faible revenu.

Le rôle du CEPI dans COVAX
La CEPI dirige le portefeuille de recherche et de développement du vaccin COVAX, en investissant dans la R&D sur une variété de candidats prometteurs, dans le but de soutenir le développement de trois vaccins sûrs et efficaces qui peuvent être mis à la disposition des pays participant à la facilité COVAX. Dans le cadre de ce travail, la CEPI a obtenu un droit de premier refus pour plus d’un milliard de doses potentielles pour l’installation COVAX à un certain nombre de candidats, et a fait des investissements stratégiques dans la fabrication de vaccins, ce qui comprend la réservation de la capacité de fabriquer des doses de vaccins COVAX dans un réseau d’installations, et l’obtention de flacons en verre pour contenir 2 milliards de doses de vaccin. Le CEPI investit également dans la « prochaine génération » de vaccins candidats, qui offriront au monde des options supplémentaires pour contrôler le COVID-19 à l’avenir.

Le rôle de Gavi dans COVAX
Gavi est responsable de l’approvisionnement et de la livraison à grande échelle de COVAX : il conçoit et gère la facilité COVAX et l’AMC Gavi COVAX et travaille avec ses partenaires traditionnels de l’Alliance, l’UNICEF et l’OMS, ainsi qu’avec les gouvernements, sur la préparation et la livraison dans les pays.
Dans le cadre de ce rôle, Gavi héberge le bureau de la facilité COVAX afin de coordonner le fonctionnement et la gouvernance du mécanisme dans son ensemble, entretient des relations financières et juridiques avec 193 participants à la facilité et gère le portefeuille d’accords de la facilité COVAX : négociation d’accords d’achat anticipé avec les fabricants de vaccins candidats prometteurs afin d’obtenir des doses au nom de tous les participants à la facilité COVAX.
Gavi coordonne également la conception, l’opérationnalisation et la collecte de fonds pour l’AMC Gavi COVAX, le mécanisme qui donne accès à des doses de vaccin financées par des donateurs à 92 économies à faible revenu. Dans le cadre de ce travail, Gavi finance et supervise l’achat et la livraison de vaccins par l’UNICEF à tous les participants de l’AMC – en mettant en œuvre les accords d’achat anticipé entre Gavi et les fabricants – et soutient le travail des partenaires et des gouvernements sur la préparation et la livraison. Cela inclut un soutien adapté aux gouvernements, à l’UNICEF, à l’OMS et à d’autres partenaires pour l’équipement de la chaîne du froid, l’assistance technique, les seringues, les véhicules et d’autres aspects de l’opération logistique extrêmement complexe de la livraison. Gavi a également participé à la conception, à la collecte de fonds et au soutien de l’opérationnalisation du mécanisme de compensation sans faute de l’AMC ainsi que du tampon humanitaire COVAX.

Le rôle de l’OMS dans le programme COVAX
L’OMS joue de multiples rôles au sein du COVAX : elle fournit des orientations normatives sur la politique, la réglementation, la sécurité, la R&D, l’allocation des vaccins, ainsi que sur la préparation et la fourniture des pays. Son Groupe consultatif stratégique d’experts (SAGE) sur la vaccination élabore des recommandations de politique vaccinale fondées sur des données probantes. Ses programmes de préqualification et d’inscription sur la liste des utilisations d’urgence (LUE) garantissent un examen et une autorisation harmonisés entre les États membres. Il assure la coordination mondiale et le soutien des États membres en matière de surveillance de la sécurité des vaccins. Elle a élaboré les profils de produits cibles pour les vaccins COVID-19 et assure la coordination technique de la recherche et du développement. L’OMS dirige, avec l’UNICEF, le groupe de travail sur la préparation et l’administration des vaccins dans les pays, qui aide les pays à se préparer à recevoir et à administrer des vaccins. Avec Gavi et de nombreux autres partenaires travaillant aux niveaux mondial, régional et national, le groupe de travail CRD fournit des outils, des conseils, un suivi et une assistance technique sur le terrain pour la planification et le déploiement des vaccins. Avec les partenaires de COVAX, l’OMS a mis au point un système de compensation sans faute dans le cadre des engagements d’indemnisation et de responsabilité limités dans le temps.

Le rôle de l’UNICEF dans COVAX
L’UNICEF tire parti de son expérience en tant que plus grand acheteur de vaccins au monde et travaille avec les fabricants et les partenaires à l’achat des doses de vaccin COVID-19, ainsi qu’au transport, à la logistique et au stockage. L’UNICEF achète déjà plus de 2 milliards de doses de vaccins par an pour la vaccination de routine et la réponse aux épidémies au nom de près de 100 pays. En collaboration avec le Fonds renouvelable de l’OPS, l’UNICEF dirige les efforts d’achat et de fourniture de doses de vaccins COVID-19 pour le COVAX. En outre, l’UNICEF, Gavi et l’OMS travaillent avec les gouvernements 24 heures sur 24 pour s’assurer que les pays sont prêts à recevoir les vaccins, avec des équipements de chaîne du froid appropriés en place et des agents de santé formés pour les administrer. L’UNICEF joue également un rôle de premier plan dans les efforts visant à renforcer la confiance dans les vaccins, en diffusant des communications sur la confiance dans les vaccins et en repérant et en combattant la désinformation dans le monde entier.

A propos d’ACT-Accelerator
L’accélérateur d’accès aux outils COVID-19 (ACT) est une nouvelle collaboration mondiale innovante visant à accélérer le développement, la production et l’accès équitable aux tests, traitements et vaccins COVID-19. Il a été créé en réponse à un appel des dirigeants du G20 en mars et lancé par l’OMS, la Commission européenne, la France et la Fondation Bill & Melinda Gates en avril 2020.
L’ACT-Accelerator n’est pas un organe de décision ni une nouvelle organisation, mais s’emploie à accélérer les efforts de collaboration entre les organisations existantes pour mettre fin à la pandémie. Il s’agit d’un cadre de collaboration conçu pour réunir les principaux acteurs autour de la table dans le but de mettre fin à la pandémie le plus rapidement possible grâce à l’accélération du développement, à l’allocation équitable et à la fourniture à grande échelle de tests, de traitements et de vaccins, protégeant ainsi les systèmes de santé et restaurant les sociétés et les économies à court terme. Elle s’appuie sur l’expérience d’organisations de santé mondiales de premier plan qui s’attaquent aux défis sanitaires les plus difficiles à relever dans le monde et qui, en travaillant ensemble, sont en mesure de débloquer des résultats nouveaux et plus ambitieux contre COVID-19. Ses membres partagent l’engagement de garantir à tous l’accès à tous les outils nécessaires pour vaincre le COVID-19 et de travailler avec des niveaux de partenariat sans précédent pour y parvenir.
L’accélérateur ACT s’articule autour de quatre domaines de travail : le diagnostic, la thérapeutique, les vaccins et le connecteur du système de santé. L’axe de travail sur l’accès et l’allocation des ressources est transversal à tous ces domaines.