Covid-19 : au Yémen, des millions d’enfants menacés par la famine

Publié le 29 avril 2020

821 millions de personnes souffrent actuellement de la faim dans le monde et le Programme alimentaire mondial estime que la pandémie de Covid-19 pourrait pousser « au bord de la famine » 130 millions de personnes supplémentaires. Au Yémen, la situation pourrait devenir catastrophique pour les enfants et familles les plus vulnérables.

On estime que 2 millions d’enfants yéménites souffrent de malnutrition. Parmi ces derniers, 360 000 enfants de moins de 5 ans souffrent d’une malnutrition aigüe et doivent se battre chaque jour pour survivre. Pour eux, ainsi que pour les 1,2 million de femmes enceintes ou allaitantes malnutries et les millions de familles vivant dans une précarité extrême, l’arrivée de cas de Covid-19 au Yémen pourrait avoir des conséquences dévastatrices.

Des millions d’enfants sont en danger

La Commission économique et sociale des Nations unies pour l’Asie occidentale (UNESCWA) estime que 1,7 million d’emplois seraient perdus dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord en raison de la fermeture de la plupart des entreprises, de la suspension des salaires et du blocage quasi-total des marchés. Cette situation devrait accroitre la pauvreté de 8 millions de personnes supplémentaires dans la région.

Au Yémen, les familles les plus vulnérables qui sont déjà touchées par l’une des crises humanitaires les plus graves du monde, vont être davantage exposées à la pauvreté extrême et la famine. En effet, les deux tiers de la population yéménite, soit 24 millions de personnes, dépendent d’une aide humanitaire pour pouvoir se nourrir. La limitation de l’intervention du personnel humanitaire due à la pandémie de Covid-19, les pertes d’emplois et la dégradation des services de santé représentent un grand danger pour les centaines de milliers d’enfants qui sont atteints de malnutrition aiguë, et  pour les millions de familles qui vivent dans la plus grande précarité.

Le système de santé proche de l’effondrement

Depuis 2015, les services publics, déjà défaillants, se sont fortement dégradés. Parmi eux, le système de santé est en grave danger : l’eau et l’électricité sont régulièrement coupées et les hôpitaux ne fonctionnent qu’avec l’aide des organisations internationales. Cette situation expose les enfants les plus vulnérables aux risques de ne pas pouvoir être correctement diagnostiqués et pris en charge à temps.

Mazel Baden Darwish n’a que 18 mois et sa vie est déjà remplie de difficultés : il souffre de malnutrition sévère, de maladies de la peau, et d’autres problèmes de santé qui ont mené à la perte de l’un de ses yeux. Sa mère, Alia’a Basheer, 20 ans, l’a amené dans un hôpital à Hodeidah dans lequel il n’a pas pu être soigné, faute de moyen. « On l’a amené dans un premier hôpital, les docteurs disaient qu’il allait mourir », explique-t-elle. Redirigé vers l’Hôpital du 22 mai, soutenu par UNICEF, le petit garçon a pu être diagnostiqué correctement et traité. Son état nutritionnel s’est désormais amélioré et le personnel hospitalier fait tout son possible pour permettre à Mazel de bénéficier d’une opération pour tenter de sauver son œil endommagé. « Il a été pris en charge et il va beaucoup mieux », dit sa mère, Alia’a.

« Nous recevons des patients de plusieurs directorats, explique Eshraq Hussien Ali Orwah, qui travaille à l’Hôpital du 22 mai. L’hôpital reçoit sans arrêt des personnes en situation de malnutrition originaires de différents directorats et gouvernements. En général, ces patients sont atteints de malnutrition sévère aigüe. »

Vue d'extérieur d'un hôpital de Sanaa au Yémen, le 5 février

UNICEF est engagé pour venir en aide aux enfants les plus vulnérables

Les enfants du Yémen souffrent quotidiennement de la crise humanitaire liée au conflit. Alors qu’un cessez le feu a été demandé par les Nations unies mais n’a pas été appliqué, le manque d’eau et de nourriture ainsi que les violences mettent en danger les enfants et les privent d’avenir. La pandémie de Covid-19 expose ces enfants, parmi les plus vulnérables du monde, au risque de famine et de pauvreté extrême.

En 2019, grâce au travail d’UNICEF en collaboration avec ses partenaires sur le terrain, et à la formation des communautés sur le suivi de la malnutrition, plus de 340 000 enfants en situation de malnutrition sévère ont pu être admis en soins thérapeutiques et près de 4,3 millions d’enfants ont reçu des micronutriments, dont de la vitamine A, essentielle à la lutte contre la malnutrition. Alors que la pandémie de Covid-19 challenge les services aériens et acheminement de fournitures, UNICEF continue de travailler chaque jour avec ses partenaires pour protéger et venir en aide aux enfants les plus vulnérables.

Dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, UNICEF travaille avec des partenaires gouvernementaux et non-gouvernementaux dans toute la région du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord. Malgré la fermeture des frontières et la perturbation des services aériens dans la région, UNICEF a livré jusqu’à présent 1,6 million de matériel dans toute la région, dont des fournitures médicales et sanitaires essentielles, des équipements de protection individuelle et des produits d’hygiène. Les personnels de santé sur place sont aussi formés à la prévention des infections.

Soutenir nos actions