Crise en Côte-d'Ivoire (2003)

Publié le 23 janvier 2003 | Modifié le 31 mars 2016

L’UNICEF poursuit ses actions, en Côte d’Ivoire et fournit une assistance humanitaire d’urgence aux enfants et aux femmes, victimes de la guerre, dans les camps de déplacés malgré la présence du danger et de l’insécurité. Présente dans toutes les zones accessibles, qu’elles soient sous l’emprise des rebelles ou du gouvernement ivoirien, l’UNICEF conduit son action dans tous les domaines : santé, nutrition, éducation, protection de l’Enfant et des femmes contre la violence et l’hygiène avec l’aide de ses partenaires.

L’Unicef est la première organisation des Nations Unies a intervenir dans le nord de la ville de Korhogo contrôlée par les rebelles. L’organisation continue à négocier avec des représentants des rebelles afin de faciliter, la mise en place des mesures d’aide d’urgence.
 

Grâce à son plan d’action, l’UNICEF a pu réaliser beaucoup d’interventions notamment :

La fourniture de matériel sanitaire. L’UNICEF a apporté de l’eau potable dans le Centre de déplacés de MIE GOU et à Yamoussoukro ainsi que des citernes d’eau de 200 litres en métal , et du matériel de première nécessité en plastique :  des seaux d’eau, des verres, des assiettes...
Des habits pour les enfants déplacés et des fournitures scolaires. Des moustiquaires, du savon, de l’eau minérale, des matelas …etc.
Des médicaments, du matériel chirurgical et des équipes de médecins et sage-femmes. L’Unicef  a mis en place une équipe  médicale, mobile autour de Bouaké avec l’aide des partenaires locaux.
Du matériel d’aide d’urgence a été fourni aux familles des quartiers défavorisés, réfugiées dans les églises, après que leurs habitations eurent été brûlées et détruites.
Le programme de prévention et de sensibilisation contre le VIH/ SIDA se poursuit dans les camps de déplacés de Yamoussoukro.
L’Unicef a organisé deux journées  nationales de vaccination du 9 au 19 novembre et 7 au 10 décembre 2002. En novembre, 3,059,193 enfants ont été vaccinés contre la polio et 3,325,137 enfants sont vaccinés en décembre 2002.
En vue d’estimer les besoins humanitaires les plus urgents et de soutenir les populations les plus touchées, l’UNICEF a mis en place de nombreuses missions d’évaluation, notamment dans le domaine de la nutrition en collaboration avec le ministère de la Santé à Korhogo, Bouaké, Sakassou et Yamoussoukro.
Deux nouveaux centres aérés sont ouverts, pour les enfants à Abidjan.
Un nouveau bureau logistique à Yamoussoukro en vue d’ intervenir plus rapidement dans les situations d’urgence humanitaire. L’Unicef  a obtenu grâce aux rebelles  un accès libre et protégé dans les territoires qu’ ils maîtrisent.
Une campagne d’information sur l’hygiène est diffusée sur les ondes de la station radio Jam FM, des centres de déplacés .
Une campagne de plaidoyer pour la protection des droits de l’enfant et des femmes est organisée un peu partout dans le pays, notamment dans un programme d’information que l’UNICEF a mis en place, avec ses partenaires locaux sur les ondes des stations nationales.
Mais il reste beaucoup a faire car L’UNICEF de Côte-d’Ivoire manque de fonds pour mettre a exécution les projets en cours ainsi que de nouveaux programmes. L’ONU lance, le 21 novembre 2002, un appel d’urgence. Pour que les programmes de l’Unicef  puissent se poursuivre, il lui faudra trouver 1,6 millions de dollars.

Soutenir nos actions