Cyclone Eloïse au Mozambique : jusqu'à 90 000 enfants ont un besoin urgent d'aide humanitaire

Publié le 26 janvier 2021

Les enfants et les familles de la région se remettent à peine des ravages causés par le cyclone Idai il y a moins de deux ans.

Beira/New York/Paris, le 26 janvier 2021 - Plus de 176 000 personnes, dont 90 000 enfants, dans le centre du Mozambique auront sûrement besoin d'une aide humanitaire au lendemain du cyclone Eloïse, a déclaré UNICEF aujourd'hui. Les enfants vivant dans les zones touchées, en particulier ceux qui ont été déplacés, pourraient bientôt être exposés au risque de contracter des maladies d'origine hydrique comme le choléra et les infections diarrhéiques.

La puissante tempête, qui a touché terre le 23 janvier, a provoqué des pluies torrentielles et des vents forts atteignant 160 kilomètres à l'heure, laissant dans son sillage une multitude de maisons, de terres agricoles et d'infrastructures vitales endommagées et détruites. Selon les premiers rapports, 8 400 personnes ont perdu leur maison, tandis qu'au moins 26 centres de santé et 85 salles de classe ont été détruits.

Dans la ville portuaire de Beira et dans les zones rurales, de graves inondations menacent désormais une population qui se remet à peine du cyclone Idai, qui a frappé la même région en 2019 - déplaçant des dizaines de milliers de familles et provoquant une insécurité alimentaire généralisée et une augmentation de la malnutrition chez les enfants.

Garantir une opération de secours rapide et efficace

« Il y a moins de deux ans, j'ai pu constater par moi-même les conséquences dévastatrices du cyclone Idai sur les enfants et les familles du centre du Mozambique - conséquences qui se poursuivent encore aujourd'hui », a déclaré la directrice générale d'UNICEF, Henrietta Fore. « Cette dernière tempête nous rappelle brutalement que les enfants sont les plus touchés par les phénomènes météorologiques violents liés au climat. Nous devons prendre l'action climatique au sérieux et investir dans des mesures visant à renforcer la résilience des communautés vulnérables. »

Les équipes d'urgence d'UNICEF se sont déployées à Beira avant le passage du cyclone Eloïse et aident actuellement à évaluer les dégâts, afin de garantir une opération de secours rapide et efficace. Dans le cadre d'une intervention immédiate, UNICEF pourra distribuer des articles de première nécessité et d'hygiène de base prépositionnés, des produits de purification de l'eau, des bâches et des médicaments essentiels à 20 000 personnes. UNICEF travaillera également avec les communautés locales et le gouvernement du Mozambique pour évaluer les besoins, donner la priorité à l'aide aux plus vulnérables et assurer la protection des enfants.

L'apparition potentielle de maladies d'origine hydrique comme la diarrhée et le choléra est une préoccupation majeure dans les zones inondées. UNICEF travaille d'urgence avec le gouvernement et ses partenaires pour s'assurer que les victimes du cyclone ont accès à l'eau potable, afin d'éviter la propagation des maladies.

Le Mozambique est régulièrement frappé par de violents cyclones, des sécheresses et des inondations ; c'est la deuxième tempête violente à frapper le pays en moins d'un mois. Le pays est également confronté à un conflit dans ses régions du nord et du centre qui a déplacé plus d'un demi-million de personnes. Ces chocs, souvent récurrents, laissent peu de chances aux familles de se remettre, en particulier à celles qui vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Télécharger des contenus multimedia ici