Déclaration sur les attaques des villages au Niger

Publié le 05 janvier 2021

Déclaration de la directrice générale d'UNICEF, Henrietta Fore, sur les attaques dans des villages au Niger

Dakar/New York, le 5 janvier 2021 – « Je suis profondément bouleversée par les terribles attaques perpétrées samedi dernier par des groupes armés rebelles contre des civils, dans les villages nigériens de Tchoma Bangou et Zaroumadareye, près de la frontière du Mali. Selon des sources non officielles, au moins 100 personnes ont été tuées, dont 17 enfants.

Des rapports non confirmés indiquent que tous les enfants qui ont perdu la vie – 10 garçons et 7 filles - avaient moins de 16 ans. Certains ont apparemment été brûlés vifs.

Un nombre inconnu d'enfants survivants ont été gravement blessés lors des violences, tandis que beaucoup d'autres ont été déplacés de leurs communautés. Au moins 11 enfants ont été séparés de leur famille.

Ces terribles événements font suite à une autre attaque brutale en décembre dernier à Toumour, dans la région de Diffa au Niger, qui a fait 45 morts dont 10 enfants. Cette attaque a détruit des stocks alimentaires vitaux, des infrastructures hydrauliques et deux salles de classe, touchant près de 21 000 personnes.

Une telle violence gratuite et un tel mépris pour la vie des enfants et des familles doivent être condamnés dans les termes les plus fermes. Ces actes odieux constituent de graves violations des droits de l'enfant et du droit international humanitaire et des droits de l'homme. UNICEF appelle à la cessation immédiate des attaques contre les enfants, leurs familles et leurs communautés.

Nous exprimons également nos plus sincères condoléances aux familles des victimes et réaffirmons le soutien d’UNICEF aux enfants et aux familles du Niger. UNICEF est prêt à soutenir le gouvernement nigérien pour aider les survivants et les populations touchées, et pour protéger les droits de tous les enfants. »