Deux ans de conflit en Syrie : une génération d’enfants en danger

Publié le 12 mars 2013 | Modifié le 09 septembre 2015

Alors que le conflit syrien entre en ce 12 mars 2013 dans sa troisième année, l’UNICEF publie un rapport sur les conséquences de cette guerre pour les deux millions d’enfants touchés dans la région. 

Violence, déplacements massifs de population, dégâts causés aux infrastructures et services essentiels : une génération entière d’enfants risque d’être marquée à vie par le conflit en Syrie, selon le dernier rapport de l’UNICEF publié le 12 mars 2013, deux ans tout juste après le début des hostilités.

« Alors qu'en Syrie même et dans la région, des millions d’enfants voient leur passé et leur avenir disparaître sous leurs yeux, dans les décombres et la destruction d’un conflit prolongé, le risque s’accroît chaque jour d’en faire une génération perdue », confirme le directeur général de l’UNICEF, Anthony Lake.

Une situation alarmante


Selon les données recueillies par l’UNICEF, l’accès à l’eau a diminué de deux tiers dans les zones où les combats sont les plus acharnés, avec pour résultat des pathologies dermatologiques et respiratoires de plus en plus nombreuses. Une école sur cinq est détruite ou endommagée ou sert d’abri aux familles déplacées. Là où un enseignement se dispense encore, les salles de classe contiennent parfois jusqu’à une centaine d’enfants.

Les hôpitaux et cliniques ne sont plus que ruines et leur personnel qualifié s’est enfui. Les enfants sont traumatisés : des membres de leur famille ou des amis meurent sous leurs yeux. Les images et les bruits de la guerre sont partout.

« Nous exhortons toutes les parties à permettre un accès sans entraves aux enfants touchés par les violences, où qu’ils soient, réclame Anthony Lake. Nous ne pourrons répondre aux besoins croissants de la population qu'à condition de recevoir immédiatement les fonds nécessaires. »

 

Les actions de l’UNICEF


Depuis le début de la crise, l’UNICEF et ses partenaires ont axé leur intervention sur l’approvisionnement en eau potable, la mise en place de moyens d’assainissement, et de services éducatifs, de santé et de protection de l’enfant à destination des familles déplacées dans le pays, ainsi qu’aux populations réfugiées de toute la région. 

 

Grâce à ces efforts, quatre millions de personnes ont maintenant accès à de l’eau potable en Syrie. Des unités sanitaires mobiles ont aidé à vacciner jusqu’à 1,5 million d’enfants contre la rougeole et la polio. Quelque 75 000 enfants touchés par la crise sont désormais inscrits dans des écoles ou des clubs scolaires où ils peuvent rattraper leur scolarité perdue et retrouver un semblant de normalité.

En Jordanie, au Liban, en Irak et en Turquie, l’UNICEF aide plus de 300 000 enfants réfugiés en leur procurant de l’eau salubre, un assainissement adéquat, une éducation et des soins dispensés par des spécialistes. Tout en les protégeant contre l’exploitation et la maltraitance. 

Mais ces efforts sont menacés par une très grave pénurie de fonds. En décembre 2012, l’UNICEF a lancé un appel de près de 144 millions d’euros pour aider à sauver les enfants syriens et leurs familles jusqu’en juin 2013. Seulement 20 % de ces fonds ont été recueillis jusqu’à présent. En donnant, nous pouvons les aider. 
 

-> Donnez en ligne pour la Syrie 

Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF

Soutenir nos actions