Ebola : alerte maximale en Afrique de l’Ouest

Publié le 24 novembre 2014 | Modifié le 19 septembre 2017

L’épidémie d’Ebola continue de se propager en Afrique de l’Ouest. Le cap des 5 000 morts vient d’être franchi dans la région. En réponse à l’apparition de nouveaux cas d’Ebola au Mali et l’augmentation continue des cas en Sierra Leone, l’UNICEF intensifie ses efforts pour aider les pays à risque de la région à se préparer à toute éventuelle épidémie.

Tous les pays de la région menacés

 
« Les nouveaux cas apparus au Mali, nous rappellent qu’aucun pays de la Région n’est à l’abri de l’épidémie d’Ébola, » a déclaré Manuel Fontaine, Directeur Régional de l’UNICEF pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre. « Nous ne pouvons nous permettre d’attendre l’apparition de nouveaux cas dans les pays à risque pour agir. C’est maintenant que nous devons aider les communautés à se tenir prêtes à contenir tout nouveau cas dès son apparition, à tout moment et n’ importe où ».
 
Ces derniers mois, l’UNICEF a travaillé avec les pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre pour revoir leurs plans de prévention et de préparation. Dans les 13 pays les plus à risque, l’accent a été mis sur la lutte contre les rumeurs, le partage d’informations essentielles auprès du grand public et la distribution de matériel y compris des matelas, du savon, du gel hydro-alcoolique, du chlore, des seaux, des thermomètres, des gants, des kits anti-diarrhéiques, des seringues, des bâches et des tentes.
 

Se préparer contre Ebola

 
Au Mali, un Centre de Traitement est déjà opérationnel à Bamako et les structures sanitaires des zones frontalières ont été renforcées par un approvisionnement supplémentaire en eau et des services d’assainissement et hygiène. Dans la capitale Bamako, 77 arrêts de bus ont été équipés de matériel de lavage des mains.
 
En Côte d'Ivoire, pays frontalier avec la Guinée, le Libéria et le Mali, des campagnes de sensibilisation et d’information au grand public sont en cours et des travailleurs communautaires vont de porte-à-porte pour transmettre des messages pour promouvoir les conditions d’hygiène.
 
L’UNICEF travaille ainsi avec les communautés et les chefs religieux pour organiser des sessions informatives sur les bonnes pratiques en matière d’hygiène dans plus de 1 000 établissements scolaires des régions frontalières.
 
En Guinée-Bissau, près de 10 000 travailleurs en santé communautaire seront formés et recevront de l’information concernant la maladie.
 
Au Bénin, 50 radios communautaires diffusent des messages de sensibilisation dans les 8 principales langues locales. Par ailleurs, des campagnes de mobilisation auprès des communautés sont menées à travers un réseau de plus de 2 000 agents de santé.
 

Les besoins manquent

 
L’épidémie d’Ebola est la plus grave épidémie que l’UNICEF n’ait jamais eu à affronter. Deux millions et demi d’enfants sont en danger. Pour continuer à agir sur place, l’UNICEF à besoin de votre soutien. Aujourd'hui, seuls 62% de l’appel de l’UNICEF de 160 millions d’euros ont été financés
 
Vous voulez vous mobiliser dans notre lutte contre Ebola ?
Un geste simple, faites un don !
 
Et relayez nos appels et messages sur les réseaux sociaux : #StopEBOLA !
 
Pour en savoir plus :
Toutes nos actualités sur le virus Ebola
Ebola : « Nous avons besoin de la mobilisation de tous pour continuer d’agir »
Ebola : la réponse de l’UNICEF pour les enfants
Ebola : l’UNICEF mobilisé dans tous les pays affectés
Le drame des enfants orphelins à cause d’Ebola
 

En savoir plus

Les 13 pays les plus à risque de développer la maladie Ébola sont: le Benin, le Burkina Faso, le Cameroun, la République Centrafricaine, la Cote d’Ivoire, la Gambie, le Ghana, la Guinée-Bissau, Mali, la Mauritanie, le Nigeria, le Sénégal et le Togo. Ces pays ont été identifiés à l’issue de la rencontre régionale de septembre à Accra, suivant des critères divers dont la proximité géographique avec les pays affectés, les échanges commerciaux les plus courants et les liaisons routières entre ces pays.

Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF

Soutenir nos actions