Education : pour l’égalité des sexes !

Publié le 25 mai 2010 | Modifié le 12 juillet 2016

Anthony Lake, Directeur général de l'Unicef lance un appel pour les « enfants oubliés ».

A  Dakar, au Sénégal,  la conférence intitulée  « Éducation pour l'Égalité des sexes : Engagement pour l'Équité » ou « 4E », organisée la semaine dernière par l'Initiative des Nations Unies pour l'éducation des filles (UNGEI), a été l’occasion pour le Directeur général de l’Unicef de plaider pour l’accès de tous les enfants à l’éducation.

« La triste réalité est que si nos progrès se poursuivent au rythme actuel, d'ici 2015, il y aura toujours environ 56 millions d’enfants non scolarisés, explique Anthony Lake, Directeur général de l’Unicef, lors de la séance d'ouverture de la réunion du 4E. Et le pire, c'est que vous pouvez être sûrs que ce seront les enfants considérés comme les plus difficiles à atteindre, vivant dans les pays les plus pauvres, avec les obstacles les plus élevés et les plus difficiles à surmonter. »

Qui sont ces enfants oubliés ?

Enfants des familles défavorisées, filles des ménages pauvres des zones rurales, enfants des minorités et populations autochtones… « Ils sont exclus simplement à cause des inégalités économiques et sociales de leurs sociétés, laissés pour compte simplement parce qu'ils sont nés pauvres ou de sexe féminin, ou dans la mauvaise caste ou dans le mauvais pays », poursuit Anthony Lake.

Malgré les obstacles rencontrés- comme la crise économique mondiale qui incite certains gouvernements à réduire leurs investissements dans l'enseignement - le patron de l'Unicef a soutenu qu'il serait « moralement indéfendable et stratégiquement irréfléchi » d'ignorer les besoins des enfants marginalisés. « En fait, je crois que c'est précisément sur ces enfants ignorés, oubliés, que nous devons concentrer nos efforts (…) »

Les filles, vecteurs de changement

Les faits montrent que les filles qui font des études deviennent dans l'ensemble des vecteurs de changement pour leurs familles, leurs communautés et leurs sociétés. Doter les filles d'un enseignement de qualité peut être un outil très efficace pour faire face à la pauvreté, lutter contre la maladie et améliorer le développement économique.

Mais l’accès à l’éducation de tous les enfants n’est pas suffisant. Anthony Lake souligne ainsi que « des pays peuvent atteindre une parité des sexes élevée dans le domaine de l'éducation mais que cela ne réussit pas toujours à se traduire en une participation plus significative des femmes à chaque échelon de la société. »

 « Le temps est venu pour nous d'accélérer nos efforts et de regarder au-delà de l'égalité des sexes en direction d'objectifs plus larges, a conclu le Directeur général de l’Unicef. C'est ce que nous avons à faire ici. »

Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF

Soutenir nos actions