En Afghanistan, les enfants paient déjà le prix du changement climatique

Publié le 19 décembre 2019

Du fait de la hausse des températures, les ressources en eau s’amoindrissent en Afghanistan, alors que de nombreuses personnes, dont des enfants, ont été fragilisées par des années de conflit.

Pour fuir les zones de guerre en Afghanistan, des dizaines de milliers de personnes ont tout quitté pour se mettre à l’abri à Herat, à l’ouest du pays. Amassées dans le camp de Shahrak Subz, elles ont gravement souffert de la sécheresse qui a frappé la région en 2018. « Ces personnes déplacées sont arrivées dans un état désespéré, sans nourriture, privées de tout, en ayant perdu leur bétail et sans les moyens de payer pour avoir de l’eau », explique Romal Omari, un membre de l’équipe UNICEF chargée de l’approvisionnement en eau.

Pour les enfants concernés, il fallait agir au plus vite. On estime que près de 2,8 millions de personnes manquaient d’eau. Pour répondre à cette demande immense, UNICEF et ses partenaires ont implanté des pompes qui puisent de l’eau jusqu’à 120 mètres dans le sol. Cette eau est ensuite acheminée jusqu’au camp pour abreuver les enfants et leur famille.

À ce jour, seuls 64% des Afghans ont un accès fiable à de l’eau potable. Le réchauffement climatique et la population croissante accentuent la pression existante sur l’accès à l’eau. Ce pays fait partie des États où la situation est la plus critique et UNICEF s’efforce d’y répondre de façon innovante et pérenne avec des panneaux solaires pour alimenter les pompes à eau, par exemple. Par manque d’eau, certaines zones contrôlées par des groupes armés se tournent même vers UNICEF pour être approvisionnées en eau à leur tour. Au total, plus d’un million de personnes ont bénéficié des mesures concernant l’approvisionnement en eau et l’assainissement mis en place par UNICEF.

Dans le camp d'Herat en Afghanistan, UNICEF a implanté des points d'eau

En faisant un don à UNICEF, vous nous aidez à poursuivre ce travail nécessaire pour nous assurer que chaque enfant, où qu’il se trouve, ait accès à de l’eau potable.