En Haïti, des milliers d'enfants attendent de retourner à l'école

Publié le 13 octobre 2010 | Modifié le 30 décembre 2015

Dès le mois d’avril, l’Unicef avait lancé une campagne pour la reconstruction des écoles en Haïti. Avec la rentrée d'octobre, l’éducation est devenue l'une des priorités numéro 1 pour l'Unicef. Désormais, il s'agit de rendre l'éducation accessible à tous les enfants du pays, y compris à ceux qui n’étaient pas scolarisés avant le séisme. Des écoles semi-permanentes ont déjà été installées, ce qui est un premier pas. Mais la reconstruction à long terme du pays repose également sur un travail autour de la santé, de l'hygiène et de l'assainissement.

 

L’ampleur du travail est considérable car les terrains affectés par le séisme sont loin d’avoir tous été déblayés. Au-delà de l'aspect éducatif, l’action de l’Unicef sur le terrain touche aussi aux secteurs de la santé, de la protection de l’enfance, de l’hygiène et de l’assainissement.

Après la campagne « Urgence-Haïti » en janvier et celle d’avril appelée « Haïti-Urgence-École », la mobilisation de l’Unicef est toujours aussi forte. L’organisation met tout en œuvre, à la fois pour sensibiliser les enfants, les parents et le grand public sur la crise que traverse Haïti, et pour la reconstruction des écoles là-bas.

 

La situation

Au total, 4200 écoles ont été détruites, 38 000 écoliers et 1 350 enseignants ont perdu la vie dans le séisme. Avant la catastrophe, seulement la moitié des enfants était scolarisée. Dans ce contexte, la reconstruction des écoles recouvre un double enjeu. Pour les enfants, le retour à l’école est synonyme de retour à une vie normale, encadrée par des adultes. Et pour le pays, c’est aussi la perspective de former les générations futures qui le relèveront.
 

La campagne

Si vous habitez Paris, Bordeaux ou Lyon, vous avez peut-être remarqué les affiches qui recouvrent les murs de certaines écoles élémentaires, depuis quelques jours? Il s’agit bien de la nouvelle campagne de l’Unicef en faveur de la reconstruction des écoles en Haïti.

L’Unicef a collé sur les murs extérieurs de plusieurs écoles des affiches montrant des écoles haïtiennes détruites et des enfants de là-bas. Arrivant à la hauteur des enfants d’école primaire, ces enfants, grâce à un effet de trompe l’œil, paraissent très réels. Ainsi, l’impression de réalité est si forte que l’affichage suffit, à lui seul, à transformer les écoles françaises, qui participent à cette campagne, en de véritables champ de ruines. Quant aux images d’enfants haïtiens, l’effet est tel que ces derniers semblent se mélanger à leurs petits camarades français.

 

Lilian Thuram en Haïti

En tant que nouvel ambassadeur de l’Unicef, Lilian Thuram est parti en mission en Haïti. Il croit en l’éducation. D’après lui, c’est en allant à l’école que les enfants, traumatisés par le séisme, retrouveront confiance en l’avenir.

Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF