En RDC, pas assez d’eau pour échapper à Ebola

Publié le 04 novembre 2019

L’une des meilleures protections contre Ebola consiste à se laver régulièrement les mains, mais comment faire quand on n’a déjà pas assez d’eau pour boire ?

Pour Nadine, jeune mère de famille de 20 ans, le quotidien consistait à parcourir chaque jour plus de dix kilomètres pour aller chercher de l’eau à la source la plus proche. « Il me fallait toute une journée pour récupérer les 20 litres d’eau nécessaires pour tout le monde à la maison », se rappelle-t-elle. Quand l’épidémie d’Ebola a été déclarée en République démocratique du Congo en août 2018, le fardeau sur ses épaules s’est alourdi : pour éviter la contamination, elle a appris que le lavage des mains est indispensable. Mais cela impliquait de rapporter encore plus d’eau à la maison. La jeune femme vit à Goma, au bord du lac Kivu, mais il n’y a aucune infrastructure de distribution d’eau dans la partie de la ville où elle habite. Impossible pour cette mère de famille de faire un nouveau fastidieux trajet pour récupérer des litres d’eau supplémentaires.

C’est dans ces moments-là que l’intervention d’UNICEF est décisive. Pour protéger Nadine, ses enfants, et bien d’autres familles contre le virus Ebola, nous avons procédé à l’implantation de points d’eau dans les parties les plus à risque de la ville de Goma. Maintenant qu’il y a de l’eau potable près de chez elle, Nadine n’a plus besoin d’effectuer de longs trajets pour s’approvisionner en eau. Et en tant que mère, elle n’a plus à s’inquiéter sur la qualité de l’eau qu’elle donne à boire à ses enfants.

Pour la population de la région du lac Kivu, ces avancées signifient moins de maladies et une meilleure qualité de vie. Un plus grand nombre d’enfants peut également être scolarisé puisqu’il n’est plus nécessaire de dédier des journées entières à la récupération d’eau. Entre août 2018 et aujourd’hui, plus de 22 000 personnes ont désormais un accès à de l’eau potable.

Aidez-nous à donner un avenir aux enfants en RDC : faites un don à UNICEF.

 

Soutenir nos actions