Enfants syriens : l’urgence du retour à l’école

Publié le 31 octobre 2013 | Modifié le 09 septembre 2015
La situation humanitaire en Syrie se détériore, impactant gravement les enfants et hypothéquant leur avenir. C’est pourquoi en janvier 2014, l’UNICEF lance une campagne de sensibilisation sur la nécessité urgente du retour à l’école des enfants syriens. « No lost generation ! », c’est le nom de cette initiative.
Depuis le début du conflit en Syrie, en mars 2011, la situation est dramatique, s’aggrave de jour en jour et prend un lourd tribut sur ??les enfants. Confrontés à la violence, forcés aux déplacements ou à l’exil, des millions d’entre eux vivent dans des conditions d’une précarité extrême, privés de soins et d’accès à l’éducation.
En tout, ce sont 6,8 millions de personnes qui se trouvent dans le besoin (urgent) d'une assistance humanitaire, dont 3,1 millions d’enfants, aussi bien en Syrie que dans les pays voisins.

Un million d’enfants réfugiés dans les camps

La violence et l’enlisement du conflit génèrent un nombre incroyable de personnes affectées par les mouvements migratoires :
  • 4,2 millions de personnes déplacées en Syrie, dont 46% sont des enfants
  • 2,1 millions de personnes réfugiées dans les pays voisins, dont la moitié sont des enfants, soit plus d’un million !
La situation des refugiés syriens est très critique, car surpopulation et promiscuité accentuent fortement les risques sanitaires, chez les femmes et les enfants particulièrement. Ces deux causes exacerbent aussi les tensions sociales et intercommunautaires.

La scolarisation des enfants syriens réfugiés, un immense défi

Conséquence dramatique du conflit : la déscolarisation des enfants syriens. On estime à 2 millions les enfants qui ont dû interrompre  leur scolarité depuis 2012. Pour prendre conscience de l’ampleur du phénomène, regardons vers le Liban. Dans ce pays voisin de la Syrie qui compte déjà 300 000 élèves, on estime à 400 000 le nombre d’enfants syriens réfugiés, en âge d’aller à l’école ! Le défi  est immense pour l’UNICEF et ses partenaires : le retour à l’école de tous ces enfants.

Une génération perdue ? Le refus du fatalisme

Pour renforcer la mobilisation pour les enfants syriens, l’UNICEF lance en janvier 2014 « No lost generation ! » une campagne de sensibilisation sur la nécessité urgente de leur retour à l’école, avec deux axes forts :
  • Renforcer le soutien à l’éducation
  • Conduire une action pour les enfants en Syrie, au Liban, et en Jordanie
L’objectif de la campagne est simple : éviter d’avoir une génération perdue, préserver leur avenir.

Dans la notion de soutien à l’éducation, il faut prendre en considération à la fois l’apprentissage, la protection des enfants, et l’accompagnement psychologique. Dans l’action, l’UNICEF intervient à cet effet en Syrie et dans les pays voisins en coopérant étroitement avec le HCR (Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés), afin d’assurer une prise en compte spécifique des enjeux liés aux enfants.

Cette campagne « No lost generation ! » vise à sensibiliser le public afin qu’il soutienne nos programmes de soutien à l’éducation par des dons (ex : assurer un accès à une éducation de qualité pour tous les enfants) et pour la protection de l’enfance (ex : fournir un appui psychosocial aux enfants et adolescents).
Pour l’UNICEF, les besoins s’élèvent à plus de 350 millions d’euros sur lesquels près de 75 millions d’euros restent à financer pour maintenir le niveau des interventions jusqu’à la fin de l’année 2013 et répondre aux besoins immédiats des femmes et des enfants affectés.
Pour nous aider, faites un geste, faites un don en faveur de l’urgence Syrie !
Pour en savoir plus :