Epidémie de diarrhée au sud du Soudan

Publié le 16 février 2006

La maladie diarrhéique est apparue fin janvier. Elle entraîne une déshydratation des malades qui peut aller jusqu’au décès. Le 9 février, 1077 cas avaient déjà été traités à l’hôpital de Yei. Sur cette ville et ses environs, on comptait 20 morts dont deux enfants.

La contamination fécale du cours d’eau qui coule à Yei est avérée. Or ce cours d’eau est utilisé par la population et le bétail.

Santé
- L’hôpital de Yei a été agrandi. 138 patients y étaient le 8 février. L’hôpital est bondé, ce qui empêche l’isolement nécessaire pour des maladies très contagieuses.
- Le réapprovisionnement en secours de base a été rapidement assuré, notamment par l’Unicef, la NPA et l’OMS.
- Les réserves de liquide d’intraveineuse pour réhydrater les malades s’épuisent très vite. 
- Les besoins encore à résoudre ont été listés par l’OMS : stationnement, équipements de communication, gants, draps, matelas, essence, seaux et bassines, bottes en caoutchouc, stéthoscopes, chlore.
- Les dispensaires des environs n’ont pas encore reçu les secours de base.

Santé publique
- Une éducation à la santé se fait par le biais de volontaires.
- Du savon fourni par l’Unicef est distribué pendant les visites à domicile.
- Les vendeurs d’eau et les restaurants ont fait l’objet de restrictions.

Eau et infrastructures sanitaires
- L’Unicef a délivré de l’équipement pour la maintenance et la réparation de puits et de pompes manuelles.
- GTZ a promis des citernes d’eau et des moyens de stockage.
- 500 kg de moyens supplémentaires sont à Yambio, en attente d’une solution de transport aérien.
- CRS a promis de démarrer un forage pour un nouveau point d’eau à Ombassi, et de participer à la réparation et à la maintenance de pompes manuelles.
- SSDO a construit des latrines.
- L’Unicef a fourni environ 500 kg de chlore.
 

Soutenir nos actions