Eradiquer la polio ? C’est possible !

Publié le 12 mars 2010 | Modifié le 29 décembre 2015

Le 6 mars dernier débutait une grande campagne de vaccination dans 19 pays d’Afrique de l’ouest et du centre. Objectif : éradiquer la polio, maladie aux séquelles très lourdes et handicapantes. Au total, ce sont 85 millions d’enfants de moins de 5 ans qui sont visés. Le point sur l’avancée de cette opération de masse avec le Docteur Brigitte Toure, spécialiste de la polio et de l'immunisation au bureau de l’Unicef Afrique de l'ouest et du centre.

Comment avance cette campagne de vaccination contre la polio ?

Nous venons de recevoir les premiers rapports de la part de certains des pays concernés. Chez eux, au troisième jour de cette campagne massive de vaccination, 90% des enfants ciblés ont été atteints, la quatrième journée est en général consacrée au ratissage et à la recherche des derniers enfants non vaccinés. Dans les 19 pays concernés par cette opération, des outils d'évaluation indépendants ont été développés : les équipes vérifient que les enfants ont bien été vaccinés.

Comment être sûr que ces enfants ont été immunisés?

Les vaccinateurs ont fait du porte-à-porte pour atteindre tous les enfants. Les maisons dans lesquelles ils se sont rendus ont été marquées. Un signe particulier si  tous les enfants de la maison ont été vaccinés, un autre si un des enfants était absent et s’il faut donc revenir… Et les équipes ont aussi marqué l’ongle du petit doigt des enfants vaccinés avec un feutre spécial. Tout cela permet de savoir qui a été vacciné. Et qui doit encore l’être.

Comment s’effectue ce porte-à-porte, cela semble laborieux et long ?

Plus de 400 000 bénévoles se mobilisent sur le terrain. Nous travaillons en collaboration avec les autorités des 19 pays, avec des Organisations non gouvernementales, avec de nombreux partenaires comme les sociétés nationales de la Croix rouge et du Croissant rouge, pour que cette campagne soit bien organisée. Concernant les vaccinateurs, nous avons essayé de faire en sorte qu’ils ne soient recrutés que des personnes connaissant les familles, les communautés dans lesquelles ils se rendent. Il est important que cette campagne de vaccination de porte à porte se déroule dans un climat de confiance lors de l’administration d’un  vaccin oral à des enfants de moins de 5 ans. Les mamans n’accepteraient pas que deux gouttes soient ainsi mises dans la bouche de leur enfant, si la  confiance n’est pas établie, si elles ne comprennent pas de quoi il s’agit. Il ne faut rater aucun enfant si l’on veut éradiquer la polio. C’est la responsabilité de chacun : si une mère refuse que son enfant soit vacciné, c’est parce que l’enjeu a  été mal expliqué. Personne ne veut voir son enfant ramper dans la poussière.

Mais l’objectif d’éradication de la polio est-il vraiment réaliste ?

Oui, il l’est ! Si on vaccine tous les enfants ! Nous avions déjà réussi à éradiquer cette maladie dans de nombreux pays. Il ne restait que le Nigeria, les autres n’avaient plus de poliovirus sur leurs territoires. Mais l’épidémie a redémarré car le Nigeria a arrêté de mener la vaccination dans ses Etats du nord et aussi parce que la couverture vaccinale de routine dans les pays voisins a été moins performante.

Il faut se mobiliser sur le long terme, pour garder les bénéfices de ces campagnes de masse. Pour cela, il faut qu’ensuite, dans tous les districts, dans tous les pays, le taux de couverture vaccinale soit maintenu au dessus de 80%. Après de grandes réussites, comme cette campagne, il ne faut surtout pas s’endormir sur ses lauriers.

Des retards ont été pris dans cette campagne de vaccination au Nigeria à cause des violences dans la province du Plateau, à Jos…

Oui, la vaccination dans l’Etat de Jos est reportée mais c’est le seul Etat  du pays parmi les 36 Etats qu’il compte... Dans les autres, la vaccination s’est déroulée normalement.

Quelles sont les prochaines étapes de cette grande campagne de vaccination?

Pour protéger les enfants avec le vaccin utilisé lors de ces campagnes, il faut deux tours de vaccination. Le premier passage a eu leu du 6 au 9 mars. Le deuxième passage des vaccinateurs dans les familles aura lieu entre le 24 et le 27 avril, toujours dans les 19 pays visés, pour les 85 millions d’enfants de moins de 5 ans. Parmi ces Etats, 7 présentent des cas de polio depuis moins de 6 mois en Afrique de l’ouest, un troisième passage sera organisé du 26 au 29 mars. Il s’agit du Sénégal, du Mali, de la Mauritanie, de la Guinée, de la Sierra Leone, du Liberia, du Burkina Faso. Ensuite, le défi sera de conserver les acquis de cette opération massive, donc de maintenir des taux de couverture vaccinale acceptables.

 

Soutenir nos actions