Erythrée : des années de sécheresse

Publié le 14 mars 2005 | Modifié le 31 mars 2016

Alors que le pays endure la sécheresse pour la quatrième année consécutive, les habitants de l’Erythrée doivent faire face à une disette particulièrement pénible. La faim et la malnutrition menacent actuellement les vies des enfants et des femmes enceintes ou allaitant. La pauvreté extrême et un processus de paix en trompe l’œil avec l’Ethiopie voisine – auquel on se réfère souvent avec l’expression « ni guerre, ni paix » - ne font qu’empirer la situation.

« L’Erythrée est un pays dans lequel les deux tiers de la population dépendent de l’aide internationale en ce qui concerne la nourriture », explique le représentant de l’UNICEF en Erythrée Christian Balslev-Olesen. « A cause de la sécheresse permanente, à cause de la non-résolution du conflit avec l’Ethiopie, et à cause de la très grande pauvreté du pays, la situation va être extrêmement critique à partir du mois de mai jusqu’aux prochaines récoltes, qui doivent avoir lieu à la fin de l’année. »

L’UNICEF estime qu’il est du devoir de la communauté internationale d’agir pour prévenir un désastre humanitaire. « Si nous ne pouvons maintenir les programmes de nutrition à l’école et dans des centres spécialisés – comme nous le faisons actuellement – nous devrons bientôt faire face à une situation dans laquelle de plus en plus d’enfants se rendront dans les centres de santé et les hôpitaux pour traiter des cas sévères de malnutrition, ce qui nécessitera des interventions très onéreuses. Il est dans le meilleur intérêt de l’enfant et, d’un point de vue économique, plus efficace, d’agir pour maintenir les interventions les moins chères mises en places actuellement », ajoute M. Balslev-Olesen.
 
A cause de l’interminable guerre avec l’Ethiopie, plus de 40 pour cent des familles en Erythrée sont monoparentales, avec à leur tête une femme. « Les populations n’ayant pu récolter durant ces dernières années, et ayant perdu beaucoup de bétail, cela signifie qu’il n’y a pratiquement plus de ressources dans plusieurs régions du pays. Les prix de la nourriture sur le marché ne cessent de monter et l’inflation est galopante », prévient M. Balslev-Olesen.

Les enfants et les femmes enceintes et allaitant sont tout particulièrement vulnérables. La résultante directe de la malnutrition chez les femmes en âge de se reproduire est un faible taux de natalité. On a également rapporté de nombreux cas d’enfants nés avec un poids largement en-dessous de la normale. M. Balslev-Olesen commente : « C’est une situation très grave, qui a de lourdes conséquences sur la santé des enfants, et un impact immédiat sur le bien-être des nouveaux-nés. »

L’UNICEF soutient des programmes de nutrition pour les enfants et les femmes d’Erythrée et a demandé l’aide immédiate d’autres agences internationales. L’UNICEF et le Programme alimentaire mondial (PAM) fournissent de l’eau potable à 120 000 personnes en Erythrée.

L'UNICEF a mis au point des actions d'urgence liées à des stratégies à long terme conformément à la « l’Appel consolidé des Nations unies » pour l'Érythrée. Tandis que les ministères responsables restent les partenaires clés de l'UNICEF, des programmes seront également menés avec les agences de l'ONU et les ONG. 58 % de la population totale  en Érythrée, (2 millions de personnes), sont des enfants ou des jeunes de moins de 19 ans. Parmi eux, presque 1,4 million d'enfants vivent dans un état d'extrême pauvreté et sont concernés par un programme humanitaire de l'UNICEF comprenant 520 000 enfants de moins de 5 ans.

Besoins financiers de l'UNICEF en Erythrée pour 2005 : 13 millions de dollars

Soutenir nos actions