Gilbert, un héros ordinaire à la performance exceptionnelle

Publié le 30 juillet 2015 | Modifié le 30 décembre 2015

Il existe un champion défenseur des enfants en chacun de nous. Gilbert Summa, 53 ans, est le parfait exemple : il a relevé l’incroyable défi du marathon du Pôle Nord en avril dernier dans des conditions extrêmes pour soutenir le projet de notre partenaire Kiwanis qui vise à éradiquer le tétanos maternel et néonatal. Grâce à sa performance et son sens aigu de la solidarité, Gilbert a collecté 9 000 euros.

« C’est la première fois que je découvre qu’un marathon peut être une course collective… »
Lorsque Gilbert Summa est parti à l’assaut du Pôle Nord pour courir ce marathon unique dans un paysage de glace aux températures extrêmes (-30 degrés), il n’était pas seul. Loin de là. Il avait le soutien de dizaines de donateurs qui ont cru en son défi sportif et solidaire : relever un challenge physique et mental de haute intensité pour défendre la cause des enfants. Grâce à ses supporters, Gilbert a collecté 9 000 euros (via le site de la Team UNICEF et d’autres donateurs) au profit de l’opération « Eliminate » de notre partenaire international Kiwanis qui finance les programmes de santé et vaccination de l’UNICEF contre le tétanos du bébé.

Le parcours d’un marathonien qui carbure à la solidarité

Originaire de Nancy, Gilbert Summa est père de 4 enfans et gère deux sociétés d’informatique. Engagé de longue date pour les causes solidaires, il est membre d’un club Kiwanis à Nancy depuis 2004, dont il est le trésorier.  « J’ai été convaincu par le projet du réseau Kiwanis, raconte Gilbert. Aider les enfants, cela a du sens pour n’importe quelle personne qui a du cœur. Les enfants sont notre part d’humanité. Puis, je pars du principe qu’il faut savoir donner aux autres ce qu’on a pu recevoir. C’est avec beaucoup de plaisir que je veux m’investir pour ceux qui n’ont pas eu la même chance que moi. Il faut pouvoir aider, modestement certes, mais aider pour partager cette vision du monde qui tend à donner de l’espoir aux enfants»

Après avoir couru longtemps des semi-marathons, c’est tardivement que Gilbert s’est mis au marathon à l’âge de 51 ans. Marathon de Paris en 2013 pour les enfants du Mékong, Nagano (Japon), Tanger (Maroc)… Gilbert court de continent en continent pour porter et défendre la voix des plus défavorisés. Le marathon du Pôle Nord est sa sixième épreuve sportive, sur un quatrième continent. « Mon objectif est de faire un marathon sur tous les continents de la planète, révèle Gilbert. En octobre prochain, je participerai au marathon d’Auckland en Océanie, et l’année prochaine je pense courir en Amérique du Nord, en Amérique du Sud, puis le Pôle Sud. »

Sous sa casquette de Kiwanien, Gilbert porte avec lui les valeurs communes de notre partenaire, basée sur l’humanisme, l’altruisme et la solidarité. Un partenaire fidèle aux côtés de l’UNICEF depuis 1994, c’était pour une première campagne en faveur des enfants souffrant d’une carence en iode.

Une préparation physique et mentale digne de Rocky Balboa

« C’est vous qui allez courir au Pôle Nord ? Mais vous êtes complètement cinglé ! » Un employé de la société STEF, spécialiste de la logistique du froid en banlieue de Nancy, a interpellé ainsi Gilbert alors qu’il débutait son plan d’entraînement pour le marathon du Pôle Nord dans la chambre froide de la société. « Je peux comprendre son étonnement, raconte Gilbert d’un ton amusé, car cet employé travaille toute la journée dans le froid. Mais si je me suis mis dans ces conditions, c’est surtout pour me préparer aux températures les plus proches possibles du marathon. » Sur son tapis roulant par moins de 22 degrés, Gilbert avale les kilomètres tout en testant le confort et la sécurité de son équipement. Deux entrainements de deux heures dans les conditions du grand froid, durant un plan d’entrainement global de 12 semaines avec trois courses hebdomadaires.

Selon Gilbert, tout le monde est capable de courir un marathon. Il suffit de s’astreindre à  un plan d’entrainement spécifique, être rigoureux et se préparer à affronter l’impact physique et mental de l’épreuve… 

42km courus sur la glace en moins de 8 heures

© Mark Conlon / North Pole Marathon

 

Gilbert fait partie des 44 hommes et femmes inscrits au marathon le « plus froid » au monde. Ils sont deux Français engagés dans l’épreuve de l’extrême.
L’aventure débute le 4 avril 2015 pour une durée de 11 jours, en partance de Paris pour Oslo en Norvège. Après quelques jours de transition, de préparation et aux autres consignes de briefing avec l’organisateur de l’événement, les compétiteurs décollent le 11 avril pour Barnéo, camp russe installé sur la banquise à quelques kilomètres du pôle Nord géographique.
Le coup d’envoi est donné le jour même pour un parcours de 12 boucles (cette année) d’environ  3,5 km chacune, soit un total de 42,195 km !

Gilbert court sur la banquise qui ne fait plus, à certains endroits, que 1 à 3 m d’épaisseur. Durant les 7h43 de sa course dans des conditions extrêmes oscillant entre -25 et -40 degrés, son premier ennemi était naturellement le froid. Son plus grand adversaire, lui-même. « Dans ce genre d’épreuve, il faut savoir gérer l’effort mental et physique, cela demande de savoir bien écouter son corps, explique Gilbert. Quand la douleur arrive, il ne faut pas chercher à la combattre mais plutôt la gérer. À ce moment-là, vers la fin du marathon au plus dur de l’effort physique, je pensais aux donateurs qui me soutiennent et aux enfants que je défends. C’est ce qui m’a procuré l’énergie et le courage pour aller au bout de moi-même et de ce marathon. »

Sur les 44 participants, Gilbert achève sa course à la 12e position, une place plus qu’honorable mais le résultat est ailleurs comme il le raconte. « L’objectif du résultat est secondaire. Ce qui compte, c’est le chemin que l’on prend pour l’atteindre. Durant cette aventure, j’ai beaucoup apprécié le soutien des gens et la façon dont ils se sont retrouvés dans mon défi humain pour s’accaparer le projet Kiwanis-UNICEF. Ma performance ne m’appartient plus, elle appartient à tous ceux qui œuvrent pour défendre les enfants… »

Gilbert est un formidable exemple de dévouement et de solidarité pour les enfants du monde. Nous avons tous en nous une part d’héroïsme qu’il suffit de révéler et de mettre à contribution pour défendre notre belle cause.

Et si le prochain héros c’était vous ?

En quoi consiste le partenariat Kiwanis-UNICEF ?

Kiwanis International a choisi l’UNICEF comme partenaire dans une opération de 110 millions de dollars visant à éradiquer le tétanos maternel et néonatal partout dans le monde d’ici 2015. Une maladie qui tue environ 60 000 nouveau-nés chaque année.

Ce soutien permet à l’UNICEF de vacciner 129 millions de femmes, exposées au risque de contracter le tétanos au cours du travail et pendant l’accouchement.
Plus d’infos sur le site du projet « Eliminate ».

Soutenir nos actions