Guinée : les enfants face la crise

Publié le 16 novembre 2009 | Modifié le 31 mars 2016

La crise économique et politique qui frappe la Guinée favorise le retour de maladies infantiles mortelles.

Le 28 septembre dernier, lors de la répression sanglante d’une manifestation, plus de 1300 personnes ont été blessées, en plus des nombreux tués. Parmi les blessés, 109 enfants. Et 77 cas de violences sexuelles ont été enregistrés. Il faut protéger les enfants des violences qui pourraient recommencer vite et intensément en Guinée. L’Unicef a d’ores et déjà formé cinq Organisations non-gouvernementales (ONG) locales à l’aide psychosociale pour les victimes des violences de cette tragique journée. Trois partenariats ont également été signés entre l’Unicef et des ONG locales pour identifier les victimes de violences. Le personnel de 12 centres de santé de Conakry a aussi été formé à recevoir et aider les victimes de violences sexuelles.

L’Unicef travaille également pour réduire l’impact de la crise économique et politique sur la santé des enfants. Le 20 novembre prochain, pour le vingtième anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant, l’Unicef débutera en Guinée une grande campagne de vaccination ainsi que de distribution de moustiquaires et de vitamine A.
Depuis 2007, cette crise a indirectement mené à une croissance du nombre de cas de rougeole, de cholera et de polio. 30 cas de cette dernière maladie ont ainsi déjà été confirmés.
 

Vers de nouvelles violences?

La situation en Guinée est relativement calme pour l’instant. Mais il existe toujours de fortes tensions latentes. Différentes informations concernant des importations massives d'armes et la constitution de milices laissent craindre une nouvelle flambée de violences.

Soutenir nos actions