Haïti : des espaces amis des enfants

Publié le 31 mai 2010 | Modifié le 31 août 2015

Reportage Place Saint-Pierre, sous les collines de Port-au-Prince, dans un « espace ami des enfants ». Les enfants y reçoivent de la nourriture, de l’eau mais aussi du réconfort et une protection.
 

Des voix harmonieuses d'enfants chantent: « Sa ki pa nan espas n'ap voye yo ale. »  « Ceux qui ne font pas partie de cet espace devraient se trouver à l'extérieur. »

L’espace ami des enfants de la Place Saint-Pierre s'adresse à environ 120 enfants et jeunes, âgés de 5 à 24 ans. Environ 75 % d'entre eux ont été déplacés par le tremblement de terre.

Ces jeunes ont besoin d’un cadre sûr et protecteur. C’est pour cela que l'Unicef et l'un de ses partenaires, l'Initiative pour le développement des jeunes en dehors du milieu scolaire (IDEJEN), une ONG, ont créé un refuge pour les enfants situé à proximité du  commissariat de police dans cette partie dévastée de Port-aux-Princes.

 

Des phobies, des peurs, des angoisses

« Ces enfants souffrent de phobies, de la peur des maisons en béton, d'attaques d'angoisse et de stress quand ils entendent des bruits qui leur rappellent le tremblement de terre, explique Jean Robert Desrosiers, le psychologue du centre de la place St-Pierre. Ce sont des enfants qui ont chaque nuit des cauchemars. Grâce aux différentes interventions psychosociales effectuées au centre, ils acceptent progressivement les choses horribles dont ils ont été les témoins. »

Avec une prise en charge convenable, et grâce à la résistance liée à leur jeune âge, le psychologue prévoit que ces enfants affectés par le séisme « se remettront complètement avec le temps. »

Le petit Yglesias

Yglesias, 5 ans, et sa mère Yolette se sont installés dans le camp improvisé pour déplacés de la place Saint-Pierre le soir du 12 janvier, après l'effondrement de leur maison pendant le tremblement de terre.

Avant, Yolette, mère célibataire, possédait un petit commerce de riz dans leur ancien quartier. Aujourd’hui, elle n’a plus de revenus. « Je n'ai pas les moyens de lui acheter un uniforme ou les fournitures scolaires dont il a besoin pour fréquenter une école normale. »

Yglesias  est accueilli dans l’ « espace ami des enfants ». « Ce centre est pour moi une aubaine, poursuit la maman. Mon fils reçoit un repas décent. Il est pris en charge par des surveillants spécialisés qui l'aident à faire face à ses cauchemars continuels. J'aime simplement le voir heureux et à peu près normal quand il est en compagnie des autres enfants. » 

Toute une équipe mobilisée

Au « centre ami des enfants » de la place Saint-Pierre, les parents travaillent avec des équipes de professionnels, dont une assistante sociale, un psychologue et deux conseillers d'orientation.

Parallèlement, des éducateurs travaillent avec les enfants et les adolescents, notamment sur la prévention des abus sexuels et de la violence et apportent une aide aux femmes et aux filles qui ont été maltraitées. Le programme maintient les enfants à l'écart des rues et encourage la prise en charge au niveau familial.

Les policiers pour leur part jouent un rôle actif dans l’éducation civique des enfants. « Aujourd'hui, ils sont nos enfants mais demain ce seront les adultes de la société haïtienne », explique l'inspecteur principal Louis Jeune.

 

 

En savoir plus...

Découvrez notre dossier sur le retour à l’école à Haïti ici.

Tous nos articles sur Haïti ici.

Soutenir nos actions