Haïti : protéger les enfants qui ont tout perdu

Publié le 29 janvier 2010 | Modifié le 14 janvier 2016

L’assistance aux enfants non accompagnés qui ont perdu leur famille ou en ont été séparés à la suite du tremblement de terre meurtrier du 12 janvier dernier, constitue un véritable défi pour les équipes de l’Unicef.

Alors qu’elles continuent à fournir une aide vitale en eau, nutrition, abri et médicaments (des secours pour 250 000 enfants ont été acheminés sur place et sont distribués), l’Unicef et ses partenaires, dont l'ONG Save the Children, ont commencé l’enregistrement des enfants non accompagnés trouvés dans les rues de Port-au-Prince et mettent en place le dispositif de recherche des familles.

Des espaces de protection...

Des espaces de protection pour enfants non accompagnés, y compris les bébés, sont opérationnels dans la capitale. Ces lieux permettent à l’Unicef et ses partenaires d’assister et de protéger les enfants qui n’ont nulle part où aller jusqu’à ce que leurs familles (directes ou élargies) soient retrouvées ou qu’une solution alternative ait été mise en place. Les espaces de protection fournissent aux enfants un abri, de la nourriture et de l’eau, ainsi que des soins. Ils servent également d’école provisoire et d’aire de jeux.

...où trouver de l'eau, des vivres, des soins, un abri et avoir classe

Les enfants non-accompagnés sont particulièrement vulnérables face aux risques de maladies, de malnutrition et d’exploitation, y compris de trafic. Ils ont besoin d’une assistance immédiate et, dans de nombreux cas, d'une aide sur le plus long terme.

Nos équipes de terrain sont confrontées à des situations d’enfants non-accompagnés très complexes et difficiles : des enfants victimes d’abus avant le séisme, des bébés nés le jour même de la catastrophe, des enfants blessés non hospitalisés, tous séparés de leur famille en raison du tremblement de terre. Ils sont aujourd’hui pris en charge par l’Unicef et les organisations partenaires.