Histoires de vie : parole aux bénéficiaires

Publié le 19 octobre 2009 | Modifié le 28 décembre 2015

Trois témoignages de personnes ayant bénéficié du programme de soutien aux orphelins et enfants vulnérables.

Kiskeya et son fils adoptif Alexandre, âgé de 6 ans
© UNICEF/HQ05-0875/Shehzad Noorani
Lorsque Kiskeya a appris sa séropositivité il y a dix ans, le comportement des membres de sa famille a changé du jour au lendemain. Ils l’ont installé dans une autre pièce, utilisaient des ustensiles de cuisine différents, et ont même entamé des démarches funéraires sans qu’elle n’en soit au courant. Aujourd’hui, Kiskeya travaille bénévolement au centre Gheskio, partenaire de l’Unicef pour la prise en charge des mères et des enfants orphelins et vulnérables. Elle y a rencontré le petit Alexandre, qu’elle a ensuite adopté. Avant d’être accueilli au centre, cet orphelin était pris en charge par une de ses tantes qui l’a abandonné dès qu’il fut diagnostiqué séropositif.
___

© UNICEF/NYHQ2005-0863/Shehzad Noorani
« Mes parents sont morts du VIH/sida. Moi aussi, j’ai le sida. A la Maison Arc-en-ciel, je prends mon traitement contre le sida trois fois par jour. Mais quand je joue trop, je suis vite fatigué et cela m’étourdit. Parfois, j’ai envie de m’en aller d’ici pour rejoindre ma grand-mère, mais elle est trop vieille et trop pauvre pour s’occuper de moi ».
Zac, 11 ans, accueilli dans la Maison Arc-en-ciel, partenaire de l’Unicef
___

 

Bijou, 4 ans
© UNICEF/NYHQ2005-0878/Shehzad Noorani
Bijou a été diagnostiquée au centre maternel et de soins pédiatrique Gheskio soutenu par l’Unicef, à Port-au-Prince. Les deux parents de Bijou sont morts du sida, tandis que ses trois frères et sœurs sont séropositifs. Ils vivent avec leur grand-mère, Taïna, qui vend des fruits et légumes afin de pouvoir subvenir à leurs besoins quotidiens. Elle se confie : « J'ai peur du jour où Bijou mourra parce que je n’aurai pas pu m’occuper d’elle ». « Si je n’obtenais pas les traitements grâce au centre Gheskio, mes quatre petits enfants seraient sûrement déjà décédés ».

  
  
  
  
  
  

Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF

Soutenir nos actions