Il n'y a jamais eu de moment plus urgent pour se tenir aux côtés des enfants d'Afghanistan

Publié le 24 septembre 2021

Extraits des déclarations de la directrice générale d'UNICEF lors de l'événement ministériel virtuel sur la sauvegarde des réalisations de 20 ans d'engagement international en Afghanistan.

New York, le 21 septembre 2021 – « Chers invités et collègues, merci d'avoir organisé cette conversation essentielle.

Ces dernières années, nous avons constaté des progrès encourageants en matière d'accès des filles à l'éducation en Afghanistan.

Le nombre d'écoles dans le pays a triplé depuis 2002.

Au cours de la dernière décennie, l'alphabétisation des jeunes est passée de 47 à 65 %.

Au cours des 20 dernières années, le taux de scolarisation a été multiplié par dix, pour atteindre aujourd'hui près de 10 millions d'enfants.

Quatre millions de ces enfants sont des filles.

Ces améliorations sont considérables. Nous devons les protéger.

Malgré ces améliorations, il était clair, même avant les récents événements, que nous devions faire davantage pour les enfants d'Afghanistan.  4,2 millions d'enfants ne sont pas inscrits à l'école. Parmi eux, 2,6 millions sont des filles.

Pour les enfants qui sont scolarisés, les écoles ont été totalement ou partiellement fermées au cours des dix derniers mois, en raison de la COVID-19. Nous savons que lorsque les écoles ferment, les enfants les plus vulnérables qui étaient scolarisés peuvent ne jamais retourner en classe.

UNICEF est clair : l'accès à une éducation de qualité n'est pas seulement un droit pour chaque fille et chaque garçon. Il s'agit également d'un investissement. Il élargit les opportunités pour chaque enfant, pour leurs familles et pour leurs communautés.

Les enfants et les jeunes d'Afghanistan ne peuvent pas se permettre d'essuyer des revers. Ni aucun autre retard.

Il est essentiel que les filles et les garçons en Afghanistan aient les mêmes chances d'apprendre et de développer les compétences dont ils ont besoin pour s'épanouir.

Nous sommes profondément préoccupés par le fait que de nombreuses filles pourraient ne pas être autorisées à retourner à l'école.

Les filles ne peuvent pas, et ne doivent pas, être laissées pour compte. Il est essentiel que toutes les filles, y compris les plus âgées, puissent reprendre leur scolarité sans plus attendre.

Pour ce faire, il faut que les enseignantes reprennent leurs cours.

Ensemble, nous devons faire en sorte que les filles et les enseignantes puissent retourner à l'école.

Ensemble, nous devons non seulement aider et encourager les filles et les enseignantes à retourner à l'école, mais aussi les protéger activement.    

La communauté internationale doit également augmenter les investissements dans l'éducation.

Chaque enfant a besoin - au minimum - de compétences de base en matière de lecture, d'écriture et de calcul.

Les salaires des enseignants doivent être payés. Les filles - et les garçons - ont besoin d'enseignants qualifiés, femmes et hommes, qui reçoivent régulièrement leur salaire et sont soutenus pour enseigner.

UNICEF travaille sur le terrain pour les enfants afghans depuis 70 ans. Nous continuerons à être là pour eux.

Mais nous avons besoin de votre aide. Il n'y a jamais eu de moment plus urgent pour se tenir aux côtés des enfants d'Afghanistan - les garçons mais surtout les filles - et des personnes qui les inspirent et les guident.

Rejoignez-nous. Protégez et soutenez ces enfants. Merci. »