Inde : les enfants menacés par la diarrhée et le choléra

Publié le 08 juillet 2009 | Modifié le 29 décembre 2015
Cyclone, inondations, glissements de terrain :
le nord-est du pays a subi un enchaînement de catastrophes qui ont affecté 6,8 millions de personnes. Des cas de choléra ont été enregistrés.

L’Etat du Bengale Occidental a été frappé au mois de mai par le cyclone Aila. Alors que les conséquences de cette catastrophe naturelle sont toujours tristement visibles sur le terrain, de fortes pluies sont venues aggraver la situation en Inde. Depuis le 1er juillet, plusieurs districts du nord-est du pays sont inondés. Selon le gouvernement indien, 6,8 millions d’individus sont affectés par le cyclone et par les inondations. Ces catastrophes ont tué 138 personnes et endommagé des centaines de milliers d’habitations. Des pluies abondantes sont prévues pour les prochaines semaines, l’eau pourrait de ne pas se retirer avant de longues semaines.

Près de 145 000 personnes dans 201 villages sont aujourd’hui touchées par les nouvelles inondations dans l’état d’Assam. Ces familles ont aujourd’hui besoin d’abris, de soins, d’eau potable. Et les épidémies les menacent.

Prévenir les cas de choléra

Entre le 26 mai et le 4 juillet, plus de 90 000 cas de diarrhées ont été enregistrés par les autorités dans les districts du nord-est les plus touchés. 31 personnes en sont mortes. Les autorités confirment aujourd’hui des cas de choléra dans ces régions.

Pour l’instant, 300 équipes médicales du gouvernement se mobilisent sur le terrain. Elles sont besoin de soutien. L’Unicef a formé une équipe spéciale pour le choléra avec ses partenaires. 50 médecins et 900 agents médicaux, paramédicaux et membres d’ONG ont ainsi été préparés au traitement des maladies diarrhéiques (dont le choléra fait partie) ainsi qu’à la désinfection de l’eau. Les enfants malnutris sont particulièrement vulnérables, en cas d’épidémie.

Pour venir en aide aux populations victimes des catastrophes, l’Unicef a également commandé 60 tentes qui serviront de centres de santé temporaires, de maternités ou d’écoles, ainsi que 10 000 bâches pour abriter les plus démunis. De plus, 2 000 gilets de sauvetage et 10 bateaux motorisés permettront aux travailleurs humanitaires d’accéder aux familles isolées.

Soutenir nos actions