Inondations Pakistan : l'école, pour oublier

Publié le 21 septembre 2010 | Modifié le 31 août 2015

Près de 2 mois après les premières crues, 160 000km2 sont toujours sous les eaux au Pakistan. L’ONU compte encore 20 millions de personnes, dont 9 millions d’enfants, affectées par les inondations. Pour aider les enfants à retrouver une stabilité, l’Unicef met en place des écoles temporaires dans les camps de déplacés. Reportage.

 

 

Zulifgar, 4 ans, dessine un poisson avec application : c’est la première fois qu’il tient un crayon ! Dans le camp de déplacés de Sukkur, où il s’est réfugié avec ses parents et ses trois frères et sœurs lorsque le fleuve Indus est sorti de son lit au début du mois d’août, les enfants ont reçu chacun un petit cartable. A l’intérieur : livres, crayons, taille-crayon, gomme et ardoise… Pour beaucoup d'entre eux, c'est la première fois qu'ils possèdent de tels objets.

 

« C’est indispensable pour qu'ils se remettent »

 

« Il est important de faire aller les enfants à l'école dès que possible car cela rétablit une certaine impression de normalité dans leur vie » nous explique Bart Vrolijk, Chargé de l'éducation à l'Unicef Pakistan. « Pour Zulifgar et de nombreux enfants des camps de déplacés, fréquenter un centre temporaire d’apprentissage, c’est l'occasion de jouer, d'apprendre et d'être tout simplement dans un cadre sûr et protecteur. C’est indispensable pour qu'ils se remettent. »

Au cours des dernières semaines, les inondations ont déplacé des millions de personnes et détruit ou endommagé 1,8 million d'habitations et plus de 9000 écoles. Face à une crise présentée comme une « situation d'urgence pour les enfants », l'Unicef et ses partenaires ont pris des mesures pour apporter à ces enfants un environnement sûr et stimulant, notamment en mettant en place des centres scolaires et de loisirs dans chaque camp de déplacés.

 

Apprendre comme à l’école… Mais aussi évacuer le stress

 

A présent, plus de 200 centres de ce type existent dans tout le pays et bénéficient à plus de 20 000 élèves. 153 « espaces amis des enfants », fixes, et 22 autres, mobiles, ont également été créés, offrant à plus de 34 000 enfants un soutien pédagogique et récréatif dans les zones touchées par les inondations. Dans les centres scolaires provisoires, les encadrants donnent non seulement aux enfants les enseignements de base, mais encouragent aussi l'expression artistique et les activités de loisirs, ce qui aide les enfants à gérer leur stress.

Chaque site a reçu un kit « École en boîte » offrant du matériel pédagogique d'enseignement et d'acquisition des connaissances essentiels à ces enfants. L'objectif principal des kits est de contribuer à rétablir, à la suite d'une crise humanitaire, l'acquisition de connaissances en tant que première étape vers le rétablissement d'une scolarité normale.

Dans le centre du camp de Sukkur, à côté du petit Zulifgar, une camarade de classe apprend à tailler un crayon tandis qu'un autre groupe de jeunes enfants construit des voitures et des camions avec des pièces à assembler qui font aussi partie du kit « École en boîte ».  Le professeur se penche sur le dessin de Zulifgar et le félicite ; le petit garçon, ravi, s'exclame : « Quand je serai grand, je serai professeur ! »

Comment nous aider :

Faites un don

Relayez notre message en téléchargeant notre kit de communication.

Soutenir nos actions