Irak : le courage d’une mère et ses 8 enfants en exil

Publié le 23 septembre 2014 | Modifié le 02 février 2016

Mère d’une famille de 8 enfants, Shaha a fui sa maison à cause des violences dans le nord-est de l’Irak. Elle a bravé tous les dangers pendant deux semaines d’exil, à travers les zones instables d’Irak et de Syrie, afin de mettre à l’abri sa famille. Aujourd’hui, avec ses enfants ils sont en sécurité dans un camp de déplacés soutenu par l’UNICEF grâce à vos dons.

L’instinct de survie. Voilà ce qui symbolise le mieux le périple de Shaha et ses 8 enfants. Tout a commencé en août dernier, alors que la situation dans sa région du Sinjar devenait insoutenable à cause des violences quotidiennes. En plein milieu de la nuit, toute sa famille est réveillée par de puissants coups de feu qui éclatèrent dans le village. À peine le temps de rassembler quelques documents importants, elle prend ses enfants et décide de rejoindre le mont Sinjar un peu plus au nord, là où des milliers d’Irakiens étaient déjà réfugiés. Le mari de Shaha, quant à lui, a préféré rester pour protéger la maison familiale aussi longtemps que possible.
Depuis, Shaha est sans nouvelle de son mari…

« Il fallait fuir à tout prix pour notre survie »

Cette terrible nuit où Shaha et ses 8 enfants ont fui leur maison, elle s’en souviendra à jamais. Dans le chaos de son village, en proie aux attaques et plongée dans les cris et les pleurs, Shana ne pensait qu’à la sécurité de ses enfants. « Nous nous sommes accrochés les uns aux autres, nous avons couru sans le moindre relâchement. Il fallait fuir à tout prix pour notre survie. »
 
Première étape sur le chemin de l’exil : le mont Sinjar, où Shaha et sa grande famille passent 4 nuits parmi d’autres familles apeurées. Sans assistance, elle protège ses enfants et les aide avec le peu d’eau et de nourriture qu’elle trouve. Mais lorsque les groupes armés s’approchent de plus en plus dangereusement de leur refuge d’infortune, Shaha remet les voiles pour la Syrie limitrophe. Le cauchemar perdure pendant 8 jours encore, ne sachant où aller. Seul son dernier enfant de 18 mois, Ayad, trouve un semblant de refuge dans le sein de sa mère qui l’allaite malgré les difficiles conditions de vie. « Lorsque nous avons marché à travers les montagnes en Syrie, mes enfants étaient tous apeurés. Je pouvais encore allaiter Ayad, donc j’en profitais car c’était la seule façon de le calmer un peu » raconte Shaha qui tente de faire bonne figure avec courage devant la peur de ses enfants.
 
Au terme d’un long et dangereux périple de deux semaines, Shaha et ses enfants trouvent enfin refuge dans le camp de déplacés de Warga Dalal au nord de l’Irak.

Les enfants d’Irak ont encore besoin de vous !

Dans le camp de déplacés, Shaha et ses enfants sont aussitôt pris en charge par les équipes de l’UNICEF, malgré des conditions précaires dans le camp où ils n’ont pour seul abri qu’une couverture pour se protéger de la chaleur écrasante. Pour l’UNICEF, l’objectif principal est d’offrir aux femmes et aux enfants un accès aux services de base, face à la violence et les privations dont ils sont victimes : eau potable, nourriture, abris, soins de santé primaires.
 
Mais dans une crise humanitaire qui compte 1,8 million de déplacés, les espaces d’accueil deviennent vite saturés, et les conditions de vie dramatiques.  Les financements manquent pour pouvoir répondre aux besoins de plus en plus importants des populations déplacées. L’UNICEF a besoin de vous !
 
Vous pouvez agir dès maintenant pour sauver les enfants d’Irak comme ceux de Shaha.
Faites un don.

 
Merci de votre soutien.
 
Pour en savoir plus :
Tous nos articles sur l’Irak
Venir en aide aux déplacés d’Irak : « Une course contre la montre »
Irak : de graves violations des droits de l'enfant

Soutenir nos actions