"Je peux maintenant protéger mes enfants contre le paludisme"

Publié le 23 avril 2013 | Modifié le 31 mars 2016

Henriette, maman de trois enfants, vit en République Démocratique du Congo. Dans son village, le paludisme, maladie qui tue un enfant toutes les 60 secondes dans le monde, fait rage. Mais depuis qu’elle a reçu, en 2012, des moustiquaires imprégnées d’insecticide distribuées par l’UNICEF, ses enfants et elle-même peuvent dormir en paix…

« Avant que nous ne recevions les moustiquaires, mon petit dernier, Laurique, a attrapé le paludisme. Après plusieurs jours de traitement il avait encore beaucoup de fièvre… J’étais très inquiète » raconte Henriette, assise dans sa petite maison en toit de feuilles de palmier, dans le village de Kabondo-Dianda, au sud de la RDC. « Au cours d’une consultation avant sa naissance, on m’avait dit qu’il fallait dormir, mes enfants et moi, sous une moustiquaire imprégnée d’insecticide, mais je n’avais pas assez d’argent pour en acheter une ».
 

 

Atteindre chaque famille, où qu’elle soit

 
Depuis, l’UNICEF a organisé en RDC une grande campagne de distribution de moustiquaires imprégnées, atteignant 25 millions de personnes dans quatre provinces, dont 5 millions d’enfants de moins de 5 ans et un million de femmes enceintes. « Distribuer plus de 14 millions de moustiquaires dans un pays de la taille de l’Europe de l’Ouest, sans recensement à jour de la population,  par avion, camion, vélo, pirogues, dans un contexte de conflit armé… Ce fut une sacré série de défis techniques, logistiques et sécuritaires… mais nous y sommes arrivés ! » explique, avec une fierté mêlée de soulagement, le docteur Jean Bosco Hulute, spécialiste de la prévention du paludisme à l’UNICEF.
 
Mais il restait encore un défi à relever : posséder une moustiquaire est une chose, mais bien l’utiliser en est une autre… C’est pourquoi les télévisions et radios locales, les « crieurs de rue », ainsi que les leaders politiques et communautaires ont été associés afin de communiquer sur l’usage des moustiquaires, et que les travailleurs sociaux ont accompagné les familles pendant 6 mois après la distribution.
 
« Grâce aux moustiquaires que nous avons reçues, on peut maintenant dormir en paix, sans souffrir constamment de piqures de moustiques, et sans la menace du paludisme. Elles nous protègent même de la poussière qui tombe du toit ! » ajoute Henriette dans un sourire.
 
Au centre de santé de Kashima, à côté du village d’Henriette, l’infirmière témoigne : « La majorité des enfants que nous recevons souffrent du paludisme et ses conséquences – fièvre, jaunisse... Mais depuis la campagne de distribution, on observe clairement une baisse de ces cas ».
 

 

 

Le combat continue

 
Pour 2013, une autre distribution est prévue, dans la province du pays la plus difficile à atteindre, celle de Maniema, dans l’est du pays. 1,25 million de moustiquaires imprégnées seront acheminées pour bénéficier à 2,24 millions de personnes, disséminées sur 132 000 km2… « Là encore, les défis à relever seront grands, conclue Dr Jean Bosco Hulute. Mais avec l’implication de tous, nous y arriverons. Au nom de toutes ces familles de RDC, je souhaite adresser un immense merci aux donateurs, sans qui nous ne pourrions pas mener à bien ces interventions à grande échelle, qui permettent de sauver la vie de milliers d’enfants. »
 

 

Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF

Soutenir nos actions