Journée Internationale des Filles : innover pour éduquer

Publié le 27 septembre 2013 | Modifié le 04 janvier 2016

Pour la « Journée Internationale des Filles » (11 octobre), l’UNICEF rappelle que trop de petites filles et d’adolescentes sont privées de leur droit à l’éducation…

 

 «Nous voulons des femmes indépendantes qui ont les mêmes droits que les hommes», déclarait la jeune militante pour l’éducation des filles Malala Yousafzai à l’ONU en septembre. Le 11 octobre, nous fêtons la Journée Internationale des Filles. L’UNICEF combat chaque jour pour que toutes les filles dans le monde puissent recevoir une éducation.

Jamais il n’y a eu autant de filles à l’école qu’aujourd’hui. Pourtant, sur les 57 millions d’enfants d’âge scolaire primaire qui ne vont pas à l’école dans le monde, 31 millions sont des filles.
Et s’assurer que les filles aillent à l’école n’est pas suffisant. Elles doivent y rester.

Car des millions de filles n’entrent jamais à l’école, et celles qui y parviennent abandonnent souvent leurs études sans avoir acquis de compétences adéquates. C’est particulièrement le cas pour les filles les plus pauvres et les plus défavorisées.

Dans de nombreux pays, les filles n’ont toujours pas la possibilité de fréquenter l’école ou d’achever leur éducation : questions de sécurité; problèmes financiers; obstacles institutionnels et culturels; pression en faveur des mariages précoces; contraintes religieuses… Les raisons invoquées sont nombreuses.

Pourtant, l’éducation des filles est cruciale, non seulement pour elles mais pour leurs pays. Il a été  démontré que l’éducation des filles est le facteur le plus constant des progrès vers les objectifs de développement. Lorsqu’on éduque une fille, on éduque un pays. Par exemple, les jeunes femmes éduquées ont des familles plus petites et des enfants en meilleure santé. Elles courent moins de risques de décès liés à l’accouchement et sont plus susceptibles d’envoyer leurs enfants à l’école et de les protéger contre la malnutrition, le VIH/sida, la traite et l’exploitation.

Laisser les choses suivre leur cours n’est plus acceptable. Nous avons les moyens de nous fixer des buts bien plus ambitieux. Une seule condition : Innover. Faire les choses de manière différente. Explorer de nouvelles avenues, notamment dans les partenariats, les politiques, la mobilisation des ressources et la participation des jeunes. Investir dans ce qui marche pour améliorer les chances que les filles les plus marginalisées d’une société ont de profiter des possibilités et des résultats de l’enseignement.
 
Pour cela, il est nécessaire que la communauté internationale, les communautés locales et les gouvernements travaillent de concert pour renouveler leurs engagements et proposer des solutions innovantes pour favoriser l’éducation des filles.
 
Nous devons créer les conditions nécessaires pour assurer aux filles sécurité, santé, éducation et autonomisation complète, pour qu’elles réalisent intégralement leur potentiel et jouent un rôle transformateur dans leur famille, leur communauté, leur économie et leur société.
 
Ensemble, faisons en sorte que cette journée ne soit pas qu’un micro événement, mais la suite d’une dynamique menant à un monde où toutes les filles recevront une éducation.

Média

Journée Internationale des Filles avec Katy Perry et l'UNICEF