L’Education est la solution pour libérer des dizaines de millions d’enfants du travail

Publié le 11 juin 2008 | Modifié le 28 décembre 2015

La journée mondiale contre le travail des enfants se focalise sur le rôle de l’éducation.

L’UNICEF estime que dans le monde, 158 millions d’enfants de moins de 15 ans sont soumis au travail. La grande majorité ont peu ou pas d’espoir d’accéder à une éducation qui pourrait briser le cercle de la pauvreté et de l’analphabétisme.

Plus de 100 millions d’enfants, soit près de 70% de ceux qui travaillent, le font dans le secteur de l’agriculture dans des zones rurales, où l’accès à l’école, à des fournitures scolaires et des enseignants formés sont très limités. Même dans les zones urbaines, les enfants pauvres et marginalisés n’ont pas accès à un environnement scolaire à cause des coûts, des castes et de la culture.

Les filles et les garçons ne sont pas égaux face à l’éducation. En effet, en Amérique latine, 90% de tous les enfants domestiques sont des filles. En Afrique subsaharienne, où 1 enfant sur 3 travaille, seulement 59% des filles vont à l’école primaire.

Cependant, les données récentes sont encourageantes. L’éducation est la meilleure arme dans la lutte contre le travail des enfants et le nombre d’enfants qui ne vont pas à l’école est passé de 115 millions en 2002 à 93 millions en 2005-2006.

Ce succès est du en partie aux nouvelles initiatives pour faire baisser le coût de la scolarité et la rendre accessible à plus d’enfants. Comme par exemple, l’Initiative pour abolir les frais de scolarité (SFAI) lancée par l’UNICEF et la Banque Mondiale en 2005 qui soutient les pays souhaitant appliquer ce genre de politique.

Dans 11 pays d’Afrique de l’Ouest, la fréquentation et l’assiduité scolaire ont augmenté de 5% grâce à la distribution de matériel scolaire de base dans les écoles. Ce qui permet aux familles de ne plus dépenser pour l’achat des fournitures scolaires des enfants et incite les parents les plus pauvres à envoyer leurs enfants à l’école.

En Afghanistan, le développement d’une initiative communautaire a permis la construction de 3 000 écoles scolarisant 140 000 enfants dans des villages isolés.

Mais avec encore plus de 150 millions d’enfants qui travaillent au lieu d’aller à l’école, les gouvernements et la communauté internationale peuvent faire plus pour les aider à retourner en classe. Par exemple :

  • accorder la gratuité de la scolarisation pour les enfants jusqu’à l’âge minimum où ils peuvent travailler ;
  • proposer des programmes d’éducation flexibles pour les enfants qui travaillent et les groupes marginalisés de manière à leur permettre d’apprendre et de travailler ;
  • proposer une éducation de qualité dispensée par des enseignants correctement formés.

Soutenir nos actions