L’enfant handicapé, un petit citoyen comme les autres !

Publié le 06 juin 2013 | Modifié le 23 décembre 2015

Les collectivités françaises ont l’obligation, et la magnifique opportunité, de faire en sorte que l’enfant handicapé soit, dans sa ville, son département, sa région, un enfant comme les autres. Inclusion dès le plus jeune âge, accès à tous les bâtiments et services, formation des adultes encadrants, sensibilisation… Les Villes amies des enfants montrent l’exemple.

Pouvoir être scolarisé dans l'école de son quartier, autant que possible avec les autres enfants, pouvoir accéder à tous les bâtiments recevant du public quel que soit son handicap … Depuis la loi française de 2005 dite « loi sur le Handicap », les acteurs publics ont de nouvelles obligations. De grands progrès ont été accomplis : le nombre d'enfants handicapés scolarisés en milieu « ordinaire » a augmenté d'environ 12 000 par an depuis 2005, et les établissements d'accueil de la petite enfance ne sont plus réservés, depuis 2000, qu’aux enfants « valides ». Pourtant, beaucoup reste à faire. L’accès à tous les services (école, santé, loisirs, sports, etc.) est encore synonyme de nombreuses difficultés pour les enfants handicapés.
 

Des collectivités « UNICEF » déjà actives

 
Aujourd’hui en France, plus de 2 millions d’enfants vivent dans une ville ou un département « Ami des enfants », appartenant au réseau UNICEF. Notre organisation incite ces collectivités à agir tout particulièrement auprès des enfants porteurs de handicaps, figurant parmi les plus vulnérables et les plus exclus.
 
Les 225 Villes amies des enfants s’attèlent à gommer toutes les discriminations sociales et financières, et à permettre à tous les enfants l’accès aux activités proposées dans la ville : amélioration de l’accessibilité des bâtiments publics et des aires de jeux, offre de sport de loisirs ou de compétition adaptés, mise en place de politiques tarifaires avantageuses, création de structures spécialisées
 
C’est une certitude : là où l’Etat a mis en place un cadre général, on se rend compte que les collectivités locales peuvent astucieusement aider à lever bien des obstacles, dans le cadre de leurs compétences mais en allant aussi bien au-delà.
 

Petit tour de France...

 
Intégrer l’enfant dès le plus jeune âge
La ville de Besançon (25) a ouvert en 2011 une nouvelle structure d’accueil du jeune enfant où six enfants polyhandicapés partagent le quotidien d’une vingtaine d’autres. Objectif : favoriser l’éveil, la socialisation, l’autonomie et l’épanouissement de chaque enfant, grâce à une équipe de professionnels spécialisés, des locaux et mobilier adaptés, un accompagnement de tous les parents, etc.
 
Jouer ensemble
La Ville du Mans (72) s’est associée à la Fondation « Loisirs pluriel » pour développer l’accueil des enfants handicapés dans ses structures, et prend désormais en charge 15 à 20 enfants en centre de loisirs pluriel, quel que soit leur handicap. Ils partagent les mêmes activités que les enfants valides, mais sont encadrés individuellement selon leur handicap.
 

La culture pour tous !

A Cholet (49) la Ludothèque a apporté son soutien technique à la création d’un jeu de société pour non et mal voyants. L’École Municipale d’Arts Plastiques et le Conservatoire de musique de danse et d’art dramatique proposent des cours ou des ateliers d’éveil aux enfants porteurs de handicap. La Médiathèque, la ludothèque, le Musée d’Art et d’Histoire et le Musée du textile ont également mis en place des visites spécifiques et adaptées.
 
Etre formé pour mieux accompagner
Accueillir les enfants handicapés en milieu dit « ordinaire »  demande de s’adapter à de nouvelles pratiques… C’est pourquoi la Ville de Gap (05) met actuellement en place un projet visant à la fois à l’organisation de cet accueil mais aussi à une réflexion autour des pratiques professionnelles. A terme notamment, la création d’une équipe pluridisciplinaire d’accompagnement ainsi que la mise en place d’un plan d’accueil individualisé pour chaque enfant handicapé.
 
Accepter l’autre et le comprendre
Porter un autre regard, sans condescendance ni a priori sur le handicap … Les enfants, vecteurs d’informations auprès de leur entourage, sont une cible incontournable pour contribuer à changer les comportements ! A Nancy (54), l’opération « Regard d’enfants » permet aux écoliers de participer à des ateliers handicap. Et cela fonctionne : ils témoignent eux-mêmes en précisant que « plus jamais » ils n’auront « une réaction de méfiance ou de moquerie envers une personne handicapée » !
 

Des résultats, mais difficiles à quantifier

 
Il est difficile de quantifier l’impact de toutes ces actions menées par les collectivités. Mais il est indéniable que l’écoute, les prises en charge, les formations, les choix politiques des élus permettent, chaque jour, une meilleure intégration de ces enfants les plus vulnérables à la vie de la cité. Un véritable esprit de solidarité se tisse jour après jour au sein de la communauté éducative, des agents municipaux, des enfant… Et, peu à peu, l’accueil de l’enfant handicapé dans la ville  tend à devenir une normalité.
 

Soutenir nos actions