L’UNICEF condamne le recrutement d’enfants-soldats en RCA

Publié le 12 avril 2013 | Modifié le 31 mars 2016

L’UNICEF détient la preuve évidente de la poursuite du recrutement et de l’utilisation d’enfants par les groupes et forces armés en République Centrafricaine, et met en garde leurs responsables contre ces pratiques qui constituent une grave violation du droit international.

L’UNICEF estime que plus de 2 000 garçons et filles sont associés à des groupes armés, y compris des groupes d’auto-défense avant la recrudescence des combats en décembre 2012. Depuis la prise de la capitale par les rebelles de la Séléka, fin mars, ces graves violations des droits humains se poursuivent et sont le fait des différentes parties au conflit depuis décembre.
 

Libération immédiate et arrêt du recrutement

 
« Recruter des enfants est à la fois inacceptable moralement, et interdit par le droit international » a déclaré Souleymane Diabate, le Représentant de l’UNICEF en République Centrafricaine.
 
« Nous avons appelé le nouveau pouvoir à la tête de la RCA à garantir la libération immédiate de tous les enfants associés à des groupes armés, ainsi que leur protection contre de nouvelles violations. Les autorités en place à Bangui ont manifesté leur intention d’identifier et de libérer les enfants actuellement dans les rangs de groupes armés. L’UNICEF travaille en lien avec elles pour s’assurer de l’arrêt immédiat du recrutement de nouveaux enfants, et pour soutenir le processus d’identification, de vérification et de réinsertion de ces enfants. »
 

Seuls 25% des fonds reçus

 
Depuis 2007, en RCA, plus de 1 000 filles et garçons ont été libérés de groupes armés et de groupes d’auto-défense. L’UNICEF a travaillé avec ses partenaires sur le terrain pour engager ces enfants dans des programmes de réhabilitation et de réinsertion. Durant les quatre derniers mois, en raison de la situation de tension, d’insécurité et le manque d’accès des travailleurs humanitaires à une grande partie du pays, les enfants sont plus que jamais exposés à de graves risques.
 
A ce jour, seuls 25% des fonds requis par l’UNICEF ont été reçus pour répondre aux conséquences du conflit en RCA, notamment à travers des activités de protection des enfants.
 

Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF

Soutenir nos actions