La lutte contre la malnutrition au Niger continue

Publié le 15 février 2006 | Modifié le 31 mars 2016

Dès le début de la crise nutritionnelle, l'Unicef Niger a mis en place un programme de lutte contre la malnutrition, destiné principalement aux populations les plus fragiles : les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes et allaitantes.

Au Niger, pays sahélien de 12 millions d’habitants, la plus grande partie de la population vit dans les zones rurales et dépend de l’agriculture. Or, la concurrence pour les terres fertiles et les conséquences sociales de la crise économique aggravées par la sécheresse et l’invasion de criquets en 2004 ont achevé de laminer la capacité des populations les plus pauvres à assurer la survie alimentaire de leur foyer.

Ainsi, dans de nombreux districts du pays, les enfants de moins de 5 ans ont été touchés d’autant plus sévèrement par la malnutrition que la réponse internationale à cette crise a été tardive. En 2005, près de 200 000 enfants ont été soignés pour une forme sévère de malnutrition et, selon le Programme alimentaire mondial (PAM), 3,6 millions de personnes sont affectées par cette crise alimentaire.

L’Unicef a lancé les premières alertes dès 2004 et a poursuivi la mobilisation en 2005. La stratégie de l’Unicef a consisté à soutenir la mise en place des centres nutritionnels par des financements et des approvisionnements en denrées alimentaires médicalisées (Unimix et Plumpy nut).

Au 31 décembre 2005, l’Unicef avait récolté pour ce programme près de 20 millions de dollars : sur les 9/10e engagés à cette date, 79% avaient été dépensés pour des approvisionnements.

Aujourd’hui, malgré la réponse massive apportée en 2005, la crise devrait se poursuivre en 2006, les  problèmes structurels (paupérisation d’une partie de la population et problème d’accès gratuit  pour les moins de 5 ans aux centres de santé) n’étant pas réglés.

En savoir plus

ET MAINTENANT ?

L’action de l’UNICEF en 2006 : 5 axes prioritaires

  • renforcement du dispositif de prise en charge de la malnutrition, un dispositif intégré dans le système national,
  • opérations particulières de nutrition des enfants de moins de 3 ans dans trois régions très affectées (Maradi, Zinder, Tahoua),
  • prévention de la malnutrition par des interventions au niveau communautaire (médicales et éducatives),
  • enquêtes régulières afin d’établir des alertes plus précoces,
  • appui au ministère de la santé pour l'élaboration et la mise en oeuvre des protocoles nutritionnels.

 

Soutenir nos actions