La malnutrition s'aggrave en Ethiopie

Publié le 03 août 2005 | Modifié le 31 mars 2016

Alors que les fonds demandés par l'UNICEF dans le cadre de son appel d'urgence ne sont toujours pas couverts, toutes les enquêtes menées par l'UNICEF et ses partenaires montrent une augmentation alarmante du nombre d'Ethiopiens qui souffrent de malnutrition aiguë*.

136.000 enfants souffrent de malnutrition aiguë Comme le rappelle Bjorn Ljungqvist, représentant de l’UNICEF en Ethiopie, « en moyenne, 500 000 enfants éthiopiens meurent chaque année de maladies qui pourraient être évitées et de malnutrition. Cette année pourrait être pire, au total, 7 millions d’enfants éthiopiens souffrent de diverses formes de malnutrition, avec des conséquences graves pour leur santé et leur développement ». Dans les zones les plus touchées, on estime actuellement à 136 000 le nombre d’enfants souffrant de malnutrition aiguë : si aucune action appropriée n’est mise en œuvre, 80.000 à 170.000 d’entre eux mourront avant la fin de l’année. Aujourd’hui, 25% des fonds demandés par l’UNICEF dans le cadre de son appel d’urgence de 2005 en matière de santé et de nutrition et 20 % des fonds nécessaires à l’approvisionnement en eau et à l’assainissement ne sont toujours pas couverts. Dans certaines parties de la zone Wolayita dans l’Etat méridional des nations, nationalités et des peuples (SNNPR), les taux de malnutrition aiguë ont triplé de février à avril. Dans les camps de réfugiés de la région Gambella (sud-ouest) le taux de malnutrition aiguë modérée s’élève à 29% et celui de malnutrition aiguë sévère à 7,7%. La situation des personnes déplacées dans cette région risque de s’aggraver en raison de l’arrivée imminente de la saison des pluies (juin-septembre) qui vont entraver l’accès routier aux populations. Les personnes déplacées à l’intérieur de la région Somali n’ont quant à elles reçu aucune aide alimentaire depuis plusieurs mois faute de stocks suffisants et faute d’être enregistrées sur les listes officielles des bénéficiaires, le gouvernement ne reconnaissant pas leur statut de déplacés. Une situation aggravée par l’insécurité et les inondations Depuis les élections législatives du 15 mai, la situation est demeurée globalement stable mais les tensions demeurent dans certaines régions. Ainsi, dans la région Somali (nord-est), la malnutrition est aggravée par les retards dans la distribution de l’aide faute de sécurité suffisante et en raison de la corruption et du détournement des vivres. Pratiquement aucune distribution alimentaire n’a pu être effectuée dans cette région au cours des 5 à 6 derniers mois. Le gouvernement fédéral lui-même a recommandé que les distributions de nourriture bénéficient d’une escorte militaire. Dans 5 des 9 zones concernées, les distributions ont pu reprendre grâce à ces escortes. Par ailleurs, les récentes inondations qui ont ravagé l’Est et le Sud de l’Ethiopie au cours de la dernière semaine d’avril ont provoqué le dénuement d’un nombre encore plus important de personnes. **La malnutrition sévère se définit par un indice poids/taille inférieur à 70% du ratio normal. La malnutrition modérée se définit par un indice poids/taille compris entre 70 et 80% du ratio normal. La malnutrition globale recouvre malnutrition sévère et modérée. La malnutrition est un état complexe où peuvent se mêler des carences – multiples et concomitantes – en calories, en protéines et en micro-nutriments. Le terme « malnutrition » englobe la malnutrition généralisée qui se manifeste par un retard de croissance, un déficit pondéral et l’émaciation, et les carences en micro-nutriments tels que le fer, la vitamine A, l’iode, le zinc et l’acide folique.

En savoir plus

Actions de l’UNICEF

L’UNICEF, en collaboration avec la Disaster Prevention and Preparedness Commision (DPPC), s’est rendue dans l’Est et le Sud de l’Ethiopie pour évaluer les conséquences des inondations et les besoins humanitaires qui en résultent. A ce jour, 6500 personnes bénéficient des programmes d’approvisionnement en eau et 630 foyers des programmes d’assainissement. Dans le SNNPS, l’UNICEF a soutenu la réhabilitation de 10 puits et la construction de 10 latrines publiques dans 12 écoles.
Dans la région Somali, l’UNICEF, en collaboration avec une ONG locale, a commencé la distribution de jerrycan à 53 330 personnes dans les régions affectées par les inondations. L’UNICEF a aussi livré de l’eau purifiée à 10 000 résidents de Mustahil Woreda, une des zones les plus touchées.

L’UNICEF a acheminé des citernes d’eau dans le camp de Hartasheik au bénéfice de 7000 personnes. L'accès à des réserves sûres d'eau potable est un problème crucial pour quelque 2,7 millions d'Éthiopiens. L'aide d'urgence apportée par l'UNICEF dans le domaine de l'eau doit s'intensifier jusqu'à ce que les réserves naturelles soient reconstituées par les chutes de pluie. Des campagnes de sensibilisation seront organisées dans les écoles et dans les camps de personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays pour promouvoir des pratiques saines d'hygiène et d'assainissement. Dans le cadre de son programme visant à atteindre et traiter les enfants éthiopiens les plus vulnérables, l’UNICEF poursuit l’application de sa Stratégie renforcée d’extension dans l’Etat méridional de l’Ethiopie.
Cette dernière s’inscrit dans le cadre d’une campagne de supplémentation en Vitamine A, de déparasitage, de lutte contre la rougeole, de dépistage des enfants malnutris, d’orientation vers des programmes d’alimentation complémentaires.

Soutenir nos actions