La malnutrition tue au Yémen

Publié le 28 octobre 2009 | Modifié le 29 septembre 2015

Plusieurs dizaines de milliers de civils en détresse s’entassent dans des camps de déplacés. Ils ont fui la province de Saada, zone de combats entre forces gouvernementales et rebelles.

Plus de 100 000 personnes dans le besoin sont toujours coincées dans la province dangereuse de Saada, au nord du Yémen. Plusieurs dizaines de milliers de civils ont réussi à fuir les combats. Les organisations humanitaires peuvent apporter de l’aide à ces familles qui ont rejoint les provinces voisines, notamment dans les camps de déplacés. Dans le camp d’Al-Mazrak, 70 à 250 nouvelles personnes arrivent chaque jour. De nombreuses familles s’installent aux abords des camps car elles ont amené leurs bêtes avec elles.

Cette semaine, 15 enfants de moins de 5 ans souffrant de malnutrition sévère et de complications ont été identifiés rien que dans le centre thérapeutique du camp d’Al-Mazrak. Cinq d’entre eux sont morts avant même d’atteindre l’hôpital le plus proche.
Des milliers d’enfants continuent de souffrir de malnutrition aiguë ou chronique au sein des nombreuses familles déplacées.

Près de la moitié des enfants sont malnutris

L’Unicef France a d’ores et déjà envoyé 150 000 euros au Yémen pour contribuer à lutter contre la malnutrition qui frappe durement les enfants. Mais ce conflit touche un pays dans lequel la situation des plus jeunes est déjà très difficile : au Yémen, 46% des moins de 5 ans présentent un poids insuffisant.

Avec ses partenaires, l’Unicef distribue actuellement de la nourriture mais également des kits d’hygiène dans les camps. Des latrines et des systèmes d’assainissement ont aussi été installés pour prévenir la propagation de maladies. Et il faudra bientôt fournir des vêtements chauds aux enfants pour qu’ils puissent affronter l’hiver.

Soutenir nos actions