La Mongolie frappée par un « dzud »

Publié le 17 février 2010 | Modifié le 31 août 2015

Jusqu’à -40°C et des chutes de neige très abondantes : la Mongolie fait aujourd’hui face à un hiver terrible, un « dzud » qui met la population rurale en grand danger.

Des semaines de températures extrêmement basses et de grosses chutes de neige ont laissé plus de la moitié des 21 provinces mongoles dans un besoin urgent d’assistance. Déjà 12 provinces déclarées en situation de désastre par le gouvernement mongol, 7 autres seront bientôt dans le même cas. Les températures continuent de descendre dans certaines régions, de fortes neiges sont encore attendues. Ces conditions hivernales très difficiles, désignées en Mongolie sous le terme générique de « dzud », devraient se poursuivre jusqu’en avril. 

Déjà neuf enfants décédés dans une seule province

 

Pour l’instant, le « dzud » a tué plus de deux millions de têtes de bétail, dévastant la principale ressource des familles vivant du secteur agricole, qui emploie 35 à 40% de la population. Aujourd’hui, les bébés, les enfants et leurs familles dans ces zones rurales n’ont pas accès aux traitements médicaux. Ces populations ont aussi besoin de fuel pour se chauffer et cuisiner, de vivres, de vêtements chauds, de couvertures....

Le ministère de la santé a déjà annoncé le décès de 9 enfants en bas âge morts ces derniers jours dans une seule province. Les chiffres des autres provinces ne sont pas encore disponibles…
 

Aider les enfants mongols

L’Unicef se mobilise en Mongolie pour aider les enfants affectés par ce « dzud » et leurs familles en leur fournissant de la nourriture, du fuel pour le chauffage et la cuisine, des couvertures, des vêtements chauds. L’Unicef a ainsi déjà répondu à l’appel du ministère de l’éducation en rétablissant le chauffage et en apportant des vivres dans 18 dortoirs. Les enfants qui y vivent ne peuvent rejoindre leurs familles à cause des conditions dangereuses de voyage.

De l'aide matérielle fournie par l'Unicef a été acheminée par avion le 28 février pour 4 000 enfants affectés par le « dzud ». Cette première aide d'urgence va bientôt être complétée par six convois par camions dans les prochaines semaines. De l'aide pour les dortoirs de 22 villages dans les six provinces les plus touchées par le froid.

«Lorsqu’ils vivent dans des dortoirs et dans des foyers pauvres dans des villages où le système de chauffage ne fonctionne pas, dans lesquels le fuel est insuffisant et où manquent les vivres, les enfants sont très vulnérables, explique Rana Flowers, représentante de l’Unicef en Mongolie. Plus de 22 000 enfants vivant dans 265 dortoirs ont un besoin urgent d’aide, mais ce nombre augmente chaque jour, les conditions climatiques sévères se répandant à travers le pays. »

Bientôt, ce sont 492 dortoirs supplémentaires qui auront besoin d’aide, avec plus de 41 000 enfants à prendre en charge. Dans certains villages, il ne reste du fuel que pour 3 ou 4 jours de chauffage.

Quand le printemps débutera en Mongolie, les problèmes de sécurité alimentaire vont encore s’accentuer. Il faudra aussi apporter un soutien –matériel et psychosocial - aux familles qui migreront vers les zones périurbaines, où l’accès à l’eau, à l’assainissement et aux services sociaux de base sont très limités.

Des familles mongoles pourtant habituées au froid…

Les habitants de Mongolie sont habitués aux hivers froids et rudes. Cette année, c’est la combinaison entre une sécheresse sévère cet été (avec peu de fourrage stocké alors pour les bêtes) et les conditions très rudes de cet hiver qui a paralysé la population rurale largement dépendante de l’agriculture.

Lors du précédent « dzud » de ce type en 2001 – pourtant considéré comme moins rude que l’actuel -  la pauvreté du pays s’est aggravée. La Mongolie a également connu une croissance du nombre d’enfants touchés par la malnutrition. De nombreuses familles rurales ont migré vers les zones périurbaines autour de la capitale Oulan-Bator, vers des campements aux conditions déplorables.
 

Soutenir nos actions