La Somalie toujours en détresse

Publié le 08 octobre 2009 | Modifié le 31 mars 2016

Un enfant somalien sur cinq souffre de malnutrition aiguë. Dans ce pays atteint par la guerre et la sécheresse, près de 4 millions de personnes ont besoin d’aide.

Depuis mai, 260 000 personnes ont été déplacées par les conflits qui touchent la capitale Mogadiscio. En tout, plus d’ 1,5 million de Somaliens ont dû quitter leurs maisons, leurs villages. S’ajoute à cette situation dramatique une sécheresse aux conséquences désastreuses sur la santé des enfants et de leurs familles. Un enfant sur cinq souffre de malnutrition aiguë dans ce pays.

L’Unicef et le Programme Alimentaire Mondial (PAM) se mobilisent pour lutter contre ce fléau. 153 000 enfants souffrant de malnutrition aiguë modérée devraient être pris en charge d’ici la fin de l’année 2009, ainsi que 40 000 enfants sévèrement malnutris.

L’Unicef se bat également pour l’accès des familles aux soins essentiels. 1,88 millions de personnes ont déjà pu bénéficier de ces services de base dans les zones de conflits. Il faut également que les familles puissent avoir accès à l’eau potable et à l’assainissement pour limiter les risques de maladies. L’Unicef contribue actuellement à la construction de réseaux d’eau, de latrines. Et distribue des moustiquaires pour prévenir les cas de paludisme.

Des enfants victimes de la guerre

Les combats qui secouent la Somalie mettent aussi la vie des enfants en danger. Des enfants meurent dans les affrontements. D’autres sont mutilés. De nombreux enfants sont traumatisés, exposés à de la violence, y compris à de la violence sexuelle. Des mineurs sont recrutés comme combattants. Les équipes de l’Unicef mobilisent aujourd’hui les communautés autour de la question de la protection des enfants.

Les situations extrêmes vécues par les enfants ont également des conséquences sur leur éducation. Il est important de rouvrir des classes : c’est un premier pas vers le retour à la normalité pour ces enfants. Pour l’instant, plus de 104 000 enfants ont déjà pu participer aux cours dans des écoles d’urgence.

 

Soutenir nos actions