Laury Thilleman, ambassadrice d’UNICEF France : « Mon but, c’est de mobiliser les troupes »

Publié le 17 septembre 2019

L’animatrice de télévision, journaliste et auteure Laury Thilleman s’est rendue avec UNICEF au Kenya. Elle y a découvert quelques-uns des programmes menés pour améliorer les conditions de vie des enfants.

Vous êtes engagée depuis plusieurs années auprès d’UNICEF, mais il s’agit de votre première mission sur le terrain. Qu’est-ce que cela a changé pour vous ?

Tout devient concret quand on arrive sur le terrain, que l’on voit directement les gens bénéficiant de notre soutien et que l’on est aux côtés de personnes travaillant au quotidien pour accomplir du concret grâce à l’argent des donateurs. J’ai constaté par moi-même que tous ces efforts contribuent à améliorer la qualité de vie d’enfants et de communautés entières.

Que gardez-vous en mémoire de ces moments passés avec des enfants au Kenya ?

J’ai beaucoup de visages en tête. Des sourires aussi. J’ai été particulièrement touchée par ma visite d’un centre éducatif dédié aux enfants en situation de handicap. Ils y bénéficient d’un toit, d’une éducation mais aussi d’un accès à l’hygiène puisqu’UNICEF a installé des latrines. Depuis, ces enfants sont en meilleure santé.

Vous faites preuve de beaucoup de spontanéité dans vos interactions avec les enfants…

Oui ! Le rapport avec eux était tellement simple et naturel. Ils donnent beaucoup d’énergie, tout ce que leur cœur et leur âme peuvent contenir. Ça m’a chamboulée.

Des multiples programmes menés par UNICEF, lequel retiendrez-vous ?

Si cette expérience sur le terrain m’a appris une chose, c’est que toutes les problématiques sont liées : quand on installe des latrines et des robinets dans une école, l’absentéisme scolaire diminue, la santé des enfants s’améliore et cela favorise la qualité de leur éducation. Chaque amélioration contribue à alimenter un cercle vertueux et c’était bénéfique de le voir.

Laury Thilleman, ambassadrice d'UNICEF France, s'est rendue au Kenya

Qu’est-ce qui vous a poussée à vous engager en faveur d’UNICEF ?

Je trouve qu’il est important de prendre du temps pour penser aux autres. Ce que je viens de vivre, je veux le clamer au quotidien, je ne veux pas que ce soit juste des photos et des vidéos sur les réseaux sociaux. J’étais déjà motivée avant d’aller sur le terrain, mais après avoir vu les choses de mes propres yeux, je saisis mieux en quoi UNICEF change des vies et pourquoi il est important de soutenir leur action. Je vais continuer le combat, rester mobilisée et mobiliser ma communauté, ma famille et mes proches, parce que même s’il y a des progrès, il y a encore beaucoup de choses à faire.

Comment percevez-vous votre nouveau rôle d’ambassadrice d’UNICEF France ?

Je suis très fière d’avoir été nommée ambassadrice, mais je me sens aussi toute petite : j’ai conscience que c’est grâce aux personnes qui me suivent dans cette aventure que l’on va pouvoir changer les choses. Mon but, c’est de mobiliser les troupes et de rester spontanée et naturelle pour provoquer un déclic chez les éventuels donateurs. Je voudrais qu’en voyant ce que fait UNICEF, ils se disent : "Tiens, je pourrais faire un don."

UNICEF tient à être là « pour chaque enfant ». Et vous, qu’est-ce que vous leur souhaitez ?

Pour chaque enfant, de l’amour, comme ils m’en ont donné pendant ce voyage. J’en ai pris plein les yeux et surtout plein le cœur. Mais il est tout aussi qu’ils aient une éducation, un futur et qu’ils soient maîtres de leur destin. Voilà ce que je voudrais leur faire toucher du doigt.

Laury Thilleman, ambassadrice d'UNICEF France, s'est rendue au Kenya

Soutenir nos actions