Le nombre d'enfants déplacés par les tempêtes sextuple dans les îles des Caraïbes

Publié le 06 décembre 2019

Alors que l'impact de la crise climatique s’aggrave, les îles des Caraïbes voient sextupler le nombre estimé d'enfants déplacés par les tempêtes, selon un nouveau rapport d'UNICEF.

 

New York/Panama/Paris, le 6 décembre 2019 - Le nombre estimé d'enfants déplacés par les tempêtes et les inondations dans les îles des Caraïbes (1) a été multiplié par six au cours des cinq dernières années, selon un nouveau rapport d'UNICEF.

Le rapport « Les enfants déracinés dans les Caraïbes : comment les ouragans plus violents liés au changement climatique entraînent des déplacements d'enfants », estime que 761 000 enfants ont été déplacés à l’intérieur même des Caraïbes entre 2014 et 2018, la période de cinq ans la plus chaude jamais enregistrée. Il s'agit d'une augmentation de près de 600 000 enfants par rapport aux 175 000 enfants déplacés au cours des cinq années précédentes, de 2009 à 2013 (2).

« Ce rapport est un rappel brutal que la crise climatique est une crise des droits de l'enfant », a déclaré la directrice générale d'UNICEF, Henrietta Fore. « Les enfants exposés aux tempêtes et aux inondations des pays du monde entier sont parmi les plus premiers à voir leur vie et leurs droits bafoués. Ils ressentent déjà les effets du changement climatique, et les gouvernements et la communauté internationale devraient agir maintenant pour en atténuer les conséquences les plus dévastatrices. »

Le rapport note que la cause principale de l'augmentation spectaculaire des déplacements forcés est une série de cyclones tropicaux ou d'ouragans catastrophiques qui ont frappé la région entre 2016 et 2018 - dont quatre tempêtes de catégorie 5 et deux de catégorie 4. Rien qu'en 2017, plus de 400 000 enfants ont été déplacés par les ouragans dans les îles des Caraïbes.

Le rapport prévient qu'en l'absence de mesures urgentes pour atténuer les effets du changement climatique, la proportion croissante de tempêtes violentes entraînerait probablement des déplacements forcés d'une ampleur similaire au cours des prochaines décennies.

Les déplacements forcés dus aux ouragans peuvent être de relativement courte durée ou durer des années, car les communautés reconstruisent les maisons, les routes, les ponts, les réseaux électriques, l'agriculture, les écoles, les hôpitaux et les systèmes d'eau et d'assainissement. Les enfants sont particulièrement vulnérables pendant les déplacements de population, surtout si leurs parents sont tués ou s’ils sont séparés de leur famille. Les enfants déplacés sont également exposés à un risque accru de maladies opportunistes telles que la rougeole et les infections respiratoires, qui peuvent se développer dans des abris d'urgence surpeuplés.

Les enfants déplacés peuvent aussi se retrouver avec un accès limité ou inexistant aux services essentiels dont ils ont besoin pour s'épanouir, notamment l'éducation, la protection et les soins de santé.

Des mesures pour se remettre des catastrophes naturelles

Le rapport appelle également les gouvernements à prendre des mesures pour aider les communautés à se préparer et à se remettre des catastrophes naturelles, et à protéger les enfants déplacés par les catastrophes liées aux changements climatiques. Voici quelques-unes de ces recommandations :

  • Placer les enfants au cœur des stratégies et des plans de réponse au changement climatique ;
  • Réduire les émissions de carbone et la pollution ;
  • Protéger les enfants des effets du changement climatique et de la dégradation de l'environnement ;
  • Fournir aux enfants déplacés une protection et un accès aux services essentiels tels que l'éducation et les soins de santé ;
  • Aider les familles déplacées à rester ensemble ;
  • Veiller à ce que les enfants déracinés aient un statut légal s'ils sont contraints de traverser les frontières.

Planifier la résilience

Avant, pendant et après les catastrophes, UNICEF travaille avec des partenaires dans l'ensemble des Caraïbes pour protéger et soutenir les enfants. Grâce à l'atténuation du changement climatique, aux politiques de développement et à la planification de la résilience, UNICEF se concentre sur les enfants et s'efforce d'établir des stratégies de réduction des risques de catastrophe qui limitent les déplacements forcés et raccourcissent le temps de réhabilitation - afin que les familles puissent rentrer chez elles. Ce travail consiste à  :

  • Fournir une aide humanitaire vitale aux enfants et aux familles touchés par la saison des ouragans de l'Atlantique de 2017 à Anguilla, Antigua-et-Barbuda, Cuba, la Dominique, la République dominicaine, Haïti et dans les Caraïbes ;
  • Travailler avec des partenaires sur les îles touchées pour remettre en état les services publics et les infrastructures, notamment les systèmes de santé, d'eau et d'assainissement, l'éducation et la protection de l'enfance ;
  • Collaborer avec les gouvernements pour plaider en faveur de politiques qui atténuent le changement climatique et ses effets ; investir dans les données et la recherche ; suivre les maladies et accroître la couverture vaccinale ; et promouvoir les transferts monétaires, les programmes de travaux publics et autres filets de protection sociale.

(1) Le rapport se penche sur les déplacements dans les petits États insulaires en développement des Caraïbes, notamment : Anguilla, Antigua-et-Barbuda, Aruba, Bahamas, Barbade, Belize, Bermudes, îles Vierges britanniques, îles Caïmans, Cuba, Curaçao, Dominique, Grenade, Guadeloupe, Guyana, Haïti, République dominicaine, République dominicaine, Jamaïque, Martinique, Montserrat, Porto Rico, Saint-Kitts-et-Nevis, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les Grenadines, Saint-Martin, Suriname, Trinité-et-Tobago, îles Turques et Caïques, Saint-Vincent-et-les Grenadines et Îles Vierges américaines.
(2) Ces estimations sont basées sur des données d’UNICEF et de l'Observatoire des déplacements internes.

 

 

 

Multimedia

Télécharger les contenus multimedia : ici

Accéder au rapport : ici