Le sauvetage des enfants bloqués en Méditerranée doit primer sur les considérations politiques

Publié le 19 août 2019

Déclaration d'Afshan Khan, directrice régionale UNICEF Europe et Asie centrale et coordinatrice spéciale pour la réponse aux réfugiés et migrants en Europe.

Genève, 15 août 2019 - Il est scandaleux qu'une fois de plus les questions politiques priment sur le sauvetage d'enfants bloqués en mer Méditerranée.

Quelque 130* enfants sont actuellement à bord des navires Viking Ocean et Open Arms. Seuls 11 des 103 enfants à bord du Viking Ocean sont accompagnés par un parent ou un tuteur légal. 

Ces enfants dont beaucoup fuient une vie de pauvreté, de conflit et d'atrocités, ont le droit d'être en sécurité et d''être protégés. UNICEF demande instamment qu'un port d'accueil sûr soit proposé immédiatement afin que ces enfants, ainsi que tous ceux présents à bord des deux navires puissent débarquer sans risque.

Les disparitions tragiques dans la Méditerranée cet été soulignent le besoin immédiat d’augmenter les efforts en matière de recherche et de secours des personnes. Secourir les enfants, les femmes et les hommes vulnérables ne devrait pas être un crime.

Des lieux d’accueil et d'identification pour les enfants réfugiés et migrants doivent permettre de garantir une solution d’hébergement sûre et adaptée ainsi qu'un accès rapide à des soins, un soutien psychosocial et aux procédures d'asile. Il est urgent que les états membres de l'UE s’engagent davantage en proposant des solutions de réinstallation - particulièrement pour les enfants - et en accélérant les procédures de réunification familiale.

UNICEF salue les récents progrès pour un plan de solidarité et de responsabilité accrues partagées par les gouvernements européens.

Les enfants ne devraient pas rester bloqués en mer ou se noyer au large des côtes européennes. Les discussions politiques doivent maintenant se diriger vers la mise en œuvre d’actions régionales qui pourront sauver des vies et mettre fin à ces souffrances.

 

-------------------------------------------------------------------
(*) : Depuis la diffusion de cette déclaration, 27 enfants sur les 130 ont été débarqués à Lampedusa

 

Soutenir nos actions