Le Yémen vient de franchir une étape honteuse avec 10 000 enfants tués ou mutilés depuis le début des combats

Publié le 19 octobre 2021

Note d'information du Palais de Genève sur la situation des enfants au Yémen
Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole d'UNICEF James Elder - à qui toute citation peut être attribuée - lors de la conférence de presse d'aujourd'hui au Palais des Nations à Genève, suite à sa récente visite au Yémen.

Genève, le 19 octobre 2021 – « Le conflit au Yémen vient de franchir une nouvelle étape honteuse : 10 000 enfants ont été tués ou mutilés depuis le début des combats en mars 2015. C'est l'équivalent de quatre enfants par jour.

Il s'agit bien sûr des cas que l'ONU a pu vérifier. Beaucoup plus de décès et de blessures d'enfants ne sont pas enregistrés, pour tous sauf les familles de ces enfants.

Je suis rentré hier d'une mission qui m'a conduit dans le nord et le sud du Yémen. J'ai rencontré des dizaines d'enfants, beaucoup inspirants, tous souffrants. J'ai rencontré des pédiatres, des enseignants, des infirmières - tous ont partagé des histoires personnelles qui reflètent celles de leur pays : ils sont au bord de l'effondrement total.

La pire crise humanitaire au monde

La crise humanitaire du Yémen - la pire au monde - représente la convergence tragique de quatre menaces : (1) un conflit violent et prolongé, (2) une dévastation économique, (3) des services brisés pour chaque système de soutien - c'est-à-dire la santé, la nutrition, l'eau et l'assainissement, la protection et l'éducation, (4) et une réponse des Nations unies gravement sous-financée.

Permettez-moi de vous donner quelques chiffres supplémentaires :

  • 4 enfants sur 5 ont besoin d'une aide humanitaire. Cela représente plus de 11 millions d'enfants.
  • 400 000 enfants souffrent de malnutrition aiguë sévère.
  • Plus de deux millions d'enfants ne sont pas scolarisés. Quatre autres millions risquent d'abandonner l'école.
  • Deux tiers des enseignants - plus de 170 000 - n'ont pas reçu de salaire régulier depuis plus de quatre ans.
  • 1,7 million d'enfants sont maintenant déplacés à l'intérieur du pays à cause de la violence. Alors que la violence s'intensifie, en particulier autour de Marib, de plus en plus de familles fuient leurs maisons.
  • 15 millions de personnes (dont plus de la moitié sont des enfants - 8,5 millions) n'ont pas accès à l'eau potable, à l'assainissement ou à l'hygiène.

Aux niveaux de financement actuels, et sans la fin des combats, UNICEF ne peut pas atteindre tous ces enfants. Il n'y a pas d'autre façon de le dire - sans un soutien international plus important, davantage d'enfants - ceux qui ne portent aucune responsabilité dans cette crise - mourront.

Le rôle crucial de l'aide humanitaire

Et pourtant, UNICEF agit sans compter :

  • Nous soutenons le traitement de la malnutrition aiguë sévère dans 4 000 établissements de soins de santé primaires et 130 centres d'alimentation thérapeutique ;
  • UNICEF fournit des transferts d'argent liquide d'urgence à 1,5 million de ménages chaque trimestre - au bénéfice d'environ 9 millions de personnes ;
  • Nous fournissons de l'eau potable à plus de 5 millions de personnes ;
  • Nous répondons à la pandémie de COVID-19, avec la livraison de vaccins COVID par le biais de l'initiative COVAX ;
  • Nous apportons un soutien psychosocial, une sensibilisation aux dangers des mines et une aide directe aux enfants les plus vulnérables, notamment ceux qui ont survécu à des blessures de guerre ;
  • Grâce à la formation et au déploiement par UNICEF de milliers d'agents de santé communautaires, plus de deux millions de personnes dans les zones rurales reculées ont accès aux services de santé ;
  • Et rien que cette année, nous avons aidé 620 000 enfants à accéder à l'éducation formelle et non formelle ; et nous avons fourni des vaccins - notamment une campagne contre la polio qui a touché plus de cinq millions d'enfants.

Malgré ces efforts et d'autres, la gravité de la situation humanitaire au Yémen ne doit pas être sous-estimée. L'économie est dans un état critique. Le PIB a chuté de 40 % depuis 2015, année de l'escalade de la violence. Un nombre énorme de personnes ont perdu leur emploi et les revenus des familles se sont effondrés. Environ un quart des personnes - dont un grand nombre de travailleurs médicaux, d'enseignants, d'ingénieurs et d'agents d'assainissement - dépendent des salaires des fonctionnaires qui sont payés de manière erratique, voire pas du tout.

Tout vendre pour pouvoir survivre

Et alors que les déplacements et la destruction des écoles font que les classes peuvent compter jusqu'à 200 enfants, les enseignants se présentent. Oui, des enseignants non rémunérés se présentent et enseignent.

Les rencontrer ne m'a laissé aucun doute quant à l'engagement désintéressé des Yéménites, tous les jours, comme ce pédiatre qui s'occupe de bébés souffrant de malnutrition sévère. Le jour où je l'ai rencontrée, elle soignait un enfant dont la vie était en jeu une semaine auparavant. Grâce aux fournitures d'UNICEF, cette pédiatre a sauvé la vie de la petite fille. La pédiatre avait étudié pendant une décennie, y compris une maîtrise, et pratiquait la médecine depuis 8 ans. Elle n'avait pas été payée une seule fois en 2021. Pourtant, elle continue à servir sa communauté.

Mais ces personnes sont à court d'options, ce qui signifie qu'elles sont obligées de tout vendre, des bijoux aux casseroles, juste pour nourrir leurs propres enfants.

Besoin urgent de financements

En résumé, les enfants du Yémen ne meurent pas de faim par manque de nourriture, mais parce que leurs familles n'ont pas les moyens de se nourrir. Ils meurent de faim parce que les adultes continuent de mener une guerre dans laquelle les enfants sont les plus grands perdants.

UNICEF a besoin d'urgence de plus de 235 millions de dollars pour poursuivre son travail de sauvetage au Yémen jusqu'à la mi-2022. Sinon, l'agence sera contrainte de réduire ou d'arrêter son aide vitale aux enfants vulnérables.

Le financement est essentiel. Nous pouvons tracer une ligne claire entre le soutien des donateurs et les vies sauvées. Mais même avec un soutien accru, la guerre doit prendre fin. Nous demandons instamment aux parties au conflit qui se battent depuis trop longtemps, et à ceux qui ont une influence sur elles, de cesser les combats. UNICEF a déclaré aujourd'hui que le Yémen a dépassé les 10 000 enfants tués ou mutilés dans le conflit.  Devons-nous vraiment continuer à ajouter des enfants à cette liste misérable mois après mois, année après année ?

Le Yémen est l'endroit le plus difficile au monde pour être un enfant. Et, chose incroyable, la situation ne fait qu'empirer. »

Accéder aux contenus multimedia ici