Les enfants n'ont pas leur place dans les conflits armés

Publié le 11 février 2021

À l'occasion de la Journée internationale contre l'utilisation d'enfants soldats, UNICEF demande qu'il soit mis fin à l'utilisation des enfants dans les conflits armés.

Juba, Soudan du Sud/Paris, le 12 février 2021 - L'utilisation inacceptable des enfants dans les conflits armés est véritable violation des droits de l'enfant et n'a pas sa place en 2021, a déclaré UNICEF aujourd'hui. Les enfants sont forcés d'exécuter et d'assister à des atrocités. Les enfants sont tués, blessés, mutilés, abusés psychologiquement et sexuellement. Il s'agit d'un fléau qui met en danger la vie des enfants, qui est terriblement préjudiciable à leur épanouissement et qui doit désormais disparaitre.

Pour ceux qui peuvent s'échapper ou qui sont libérés, l'aide disponible est très limitée. Les blessures physiques peuvent devenir des handicaps à vie si elles ne sont pas soignées, et les blessures mentales peuvent avoir des effets psychologiques à long terme, comme le syndrome de stress post-traumatique (SSPT).

« C'est avec une grande détermination et une certaine impatience que je demande à toutes les forces armées de cesser immédiatement le recrutement et l'utilisation d'enfants », a déclaré Andrea Suley, représentante d’UNICEF au Soudan du Sud. « Je demande au gouvernement du Soudan du Sud d'allouer des fonds et de commencer à mettre en œuvre le plan d'action contre les six graves violations des droits des enfants dans les conflits armés, qui a été signé l'année dernière. »

Cette semaine, alors que le monde entier célèbre la Journée internationale contre l'utilisation d'enfants soldats le 12 février, UNICEF a lancé une série de vidéos intitulée « Quand je ferme les yeux ». Elle est basée sur des témoignages réels d'enfants au Soudan du Sud et vise à attirer l'attention sur les effets psychologiques de l'utilisation des enfants par les forces et groupes armés. Après avoir été libérés ou s'être échappés, les enfants sont souvent confrontés à des cauchemars, à des comportements agressifs, à des pensées obsédantes et à l'anxiété.

Un programme pour les aider à se reconstruire

La santé mentale est très dommageable pour le développement des enfants, mais elle est souvent négligée ou ignorée, car les fragiles systèmes de soins de santé se démènent pour répondre aux besoins les plus fondamentaux. Au Soudan du Sud, où le fardeau des enfants utilisés dans les conflits armés est élevé, il n'y a que trois psychiatres, 23 psychologues et un service psychiatrique avec un nombre limité de lits. Avec la fermeture de l'école à cause de la COVID-19, un autre lieu essentiel de soutien psychosocial a disparu, aggravant une situation déjà difficile.

Les travailleurs sociaux sont l'épine dorsale du programme de réintégration des enfants associés aux forces et groupes armés, soutenu par UNICEF. Chaque enfant bénéficie pendant trois ans des services d'un travailleur social qui l'aide à surmonter ses difficultés et à reconstruire sa vie et son avenir. Pourtant, le programme a connu un déficit de financement de 73 % l'année dernière et n'a pas eu la capacité de répondre à tous les besoins.

« Fournir aux enfants, qui ont déjà traversé tant d'épreuves, les soins et le soutien dont ils ont besoin pour reconstruire leur vie devrait être une priorité urgente », a déclaré Andrea Suley. « Cela signifie un financement accru des programmes existants et une approche ambitieuse pour développer plus largement les soins de santé mentale. »

La nature de ces violations des droits de l'enfant rend difficile l'estimation du nombre d'enfants qui sont actuellement utilisés et qui ont été utilisés par les forces armées et les groupes armés, mais sur la base des nombreux rapports, UNICEF peut assurément supposer qu'il y en a des milliers rien qu'au Soudan du Sud. UNICEF a lancé un appel de 4 millions de dollars US pour le programme CAAFAG au Sud-Soudan pour 2021.

À propos du programme CAAFAG (enfants associés aux forces ou groupes armés) au Sud-Soudan :
Depuis 2013, UNICEF a soutenu la libération et la réintégration de 3 785 enfants associés aux forces armées et aux groupes armés au Soudan du Sud. Sous l'égide de la Commission nationale de désarmement, de démobilisation et de réintégration du gouvernement du Soudan du Sud, les enfants libérés sont accueillis dans des centres de soins provisoires mis en place par UNICEF et ses partenaires, où ils reçoivent des produits de première nécessité tels que des vêtements, de la nourriture et des services de santé. Ils sont ensuite enregistrés, et UNICEF commence à rechercher leurs familles en vue de leur réunification si nécessaire. Ils reçoivent également des conseils et d'autres services de soutien psychosocial, ainsi que des programmes de réinsertion sociale et économique, tels que des moyens de subsistance, des activités génératrices de revenus et des formations professionnelles et de préparation à la vie active. UNICEF met en place un plan multisectoriel de trois ans pour chaque enfant afin de s'assurer qu'il bénéficie du suivi et du soutien nécessaires.

 

Média

Voir « Quand je ferme les yeux »...